Nous vous avons fait part de l’exclusion de Sébastien Arena de L’Essentiel et de la décision du groupe d’annuler tous ses mandats, dont celui de président de l’office de tourisme. L’intéressé a bien sûr tenu à réagir.

"C’est avec une grande stupéfaction que je lis dans la presse mon exclusion. Je démens les dires de Monsieur Basilico. Je n’ai ni été convié à cette réunion secrète, ni été informé par un quelconque PV de réunion signé. Il se targue de m’avoir exclu en bon représentant d’un parti citoyen démocratique, mais il oublie qu’il ne fait pas partie d’un club de cartes, et qu’il y a des règles et des notions juridiques légales d’usage. Je ne m’attarderai pas sur le manque d’honnêteté de son opinion, indigne de la fonction qu’il occupe et de ce qu’elle représente."

Sébastien Arena enfonce le clou. "Anthony Basilico fonctionne complètement de manière indépendante du groupe L’Essentiel depuis le début de son mandat. Aucune réunion d’équipe, aucune vision, toutes ses prises de position et de décision ont toujours été effectuées sans en référer au groupe L’Essentiel. Nous sommes quand même 3 ans après son élection...Je n’ai pas voulu être spectateur d’une personne qui faisait cavalier seul depuis le début en se complaisant dans un parfait immobilisme et qui faisait en plus preuve de discours négatifs à l’encontre de la majorité en place."

Sébastien Arena avait depuis un petit moment déjà l’impression déranger. "Ma fonction bénévole de président de l’office de tourisme, que j’exerce avec plein d’entrain, était devenue au fil du temps apparemment dérangeante. Il va de soi que les bonnes idées, les projets novateurs, la concrétisation rapide de ceux-ci et ma passion animée sont aux antipodes du mode de fonctionnement actuel de l’échevin en place. En tout cas, je peux partir avec un bulletin plein de nouveaux projets mis en place, une structure de communication, site internet, nouvelles balades....et ce dans une structure de groupe ayant des représentants de chaque instance politique. Preuve en est que j’ai pu fonctionner avec d’autres partenaires de bords politiques différents avec cette franchise et pugnacité qui m’appartiennent."

Selon Sébastien Arena, il s’agit ici d’une manière puérile et sectaire d’exclure ceux qui ont la liberté d’expression. "Une façon de faire qui est contraire à la démocratie que Monsieur Basilico promeut. On veut faire taire celle ou celui qui aura le courage de son opinion, sous le joug d’un soi-disant devoir de réserve ! Qui sera le suivant ? Est-ce là la politique d’un mouvement dit citoyen ? Faire un procès sans la personne concernée. Je laisse le citoyen en faire son propre jugement. Je suis content lorsque je vois cela de partager dès à présent les valeurs d’un vrai et grand parti démocratique."

Sébastien Arena dit ne rien regretter. "Cela m’a permis de me découvrir une passion et de rencontrer de belles personnes de tous les bords politiques. Je suis juste peiné pour les personnes qui pensent suivre une dynamique de groupe déguisée par la seule et unique ambition d’une personne qui utilise quolibets et actions puériles afin de pouvoir asseoir une pseudo légitimité. En politique, une absurdité n’est pas un obstacle. Je prends donc acte que je serai exclu mais je pars la tête haute."