Le groupe politique L’Essentiel, qui compose la majorité avec le PS et Bel’Elan, vient de prendre une décision par rapport à Sébastien Arena, le président de l’office de tourisme. Il est révoqué ! L’article que nous avons publié il y a quelques jours a été la goutte d’eau…

A travers un communiqué, le groupe L’Essentiel s’est expliqué.

"Il y a quelques semaines, les membres de notre mouvement apolitique se sont réunis à propos du comportement de Sébastien Arena qui, à plusieurs reprises, avait critiqué ouvertement la majorité en place de manière publique."

A l’issue de cette réunion, un délai de trois mois avait été laissé à l’intéressé "pour montrer son intérêt dans le mouvement L’Essentiel et surtout arrêter d’afficher publiquement ses opinions politiques nationales."

Le groupe précise qu’il ne s’agit nullement d’un reproche d’accointances politiques nationales avec une couleur. "Il en va simplement d’un devoir de réserve de la part d’un membre d’un mouvement citoyen. Nous n’avons jamais nié que d’autres membres de notre mouvement sont également inscrits dans des mouvements nationaux mais qu'ils ont simplement la réserve et l'intelligence de garder leurs opinions nationales en dehors de leurs implications communales. C’est l’essence même d’un parti citoyen. Notre mouvement doit jouer un rôle, quel que soit le parti dit traditionnel que nous accompagnons. Le but est de s’impliquer pour la commune et non de se targuer d'être bleu, orange, vert ou rouge."

Dans nos colonnes, Sébastien Arena avait évoqué dans un premier article les projets touristiques sur Beloeil et dans un deuxième son adhésion au MR national. La pilule n’est pas passée au sein du groupe L’Essentiel.

"Suite au vote de chaque membre du groupe, à savoir 10 personnes dans le mouvement avec un résultat de 8 pour, une abstention et l’intéressé lui-même, l’ensemble a décidé de le révoquer du mouvement L’Essentiel, ce qui impliquera l’annulation de tous ses mandats. Il se permet de juger sans toutefois citer la politique de Beloeil comme étant  "l’ancienne génération politique" et de déclarer que cette dernière dépense son énergie à essayer d’éviter l’effondrement de son modèle dépassé. Nous lui souhaitons toutefois bonne continuation, en espérant que la dynamique qu’il souhaite mettre en place soit entendue par son mouvement politique quelle que soit la génération qu’il aura en face. Nous terminerons par la prise de balle au bond de Sébastien Arena, qui n’a sans doute pas écouté l’ensemble des directives de son instructeur lors de son stage automobile, à savoir, quand l’obstacle est inévitable, qu’il faut freiner plutôt que de rentrer dedans."

A Beloeil, le spectacle continue. Vivement…2024 !