L’enquête publique suite à la demande d’obtention d’un permis unique de la SRL Happy Dogs à Blaton s’est clôturée ce vendredi. La demande portait sur la régularisation d’un élevage professionnel de chiens bergers australiens de 36 femelles reproductrices et 4 mâles.

À son tour, l’association de défense des animaux GAIA signale qu’elle a introduit une réclamation auprès de la commune de Bernissart.

“Cette usine à chiots au sujet de laquelle GAIA a déjà reçu plusieurs plaintes fait commerce de chiens bergers australiens. Cet élevage compte plus de 365 chiots et chiennes reproductrices et aurait vendu plus de 2 000 chiots l’année passée. Plusieurs riverains mécontents ont d’ailleurs décidé de se joindre à notre démarche”, avance GAIA, qui dit s’opposer depuis longtemps à ce système d’exploitation, à savoir ce qu’elle nomme les usines à chiots.

“Les plaintes reçues par rapport à cet élevage concernent la vente de chiots présentant des symptômes de maladies. Ce qui constitue une infraction à la loi relative à la protection et au bien-être animal. L’assurance du bien-être animal fait partie intégrante des objectifs poursuivis par le décret relatif au permis d’environnement. Soulignons par ailleurs que le projet se situe en grande partie en zone forestière et que l’établissement est non conforme à la destination du plan de secteur dans laquelle il se trouve.”

Une pétition a déjà rassemblé plus de 50 000 signatures, ce qui reflète selon GAIA “le souci sociétal par rapport à cet élevage en particulier”.

Président de GAIA, Michel Vandenbosch précise que “pour toutes ces raisons et vu les pratiques intolérables de cet élevage, il serait inconcevable que la commune accorde ce permis de régularisation”.