C’est un projet qui a été mené à bien dans le cadre des activités du Groupe d’action locale (GAL) des plaines de l’Escaut. Un abri sécurisé pour les vélos a été installé à proximité de la gare de Blaton (sur le parking à droite de celle-ci quand on lui fait face) sous la forme d’un box pouvant accueillir 5 vélos. La gestion et l’accès sont chapeautés par la commune de Bernissart.

La SNCB ayant fourni son autorisation, le box a donc déjà été posé. Le conseil communal s’est penché sur les redevances pour la location. Un règlement d’utilisation a aussi été approuvé.

"Le montant sera de 15 € par trimestre, soit 5 € par mois, a indiqué Roger Vanderstraeten. Sauf avis contraire du locataire, le contrat sera renouvelé tacitement pour la même durée. Une clé sera fournie au locataire contre le paiement d’une caution de 50 €."

Un prix de caution qui peut paraître élevé pour la clé d’accès mais qui se justifie selon Maud Wattiez. "Elle est très sécurisée car le prix pour la refaire est très élevé."

En réponse à une question de Laurent Deweer, l’échevine a précisé que "souscrire une assurance couvrant sa responsabilité civile suffit."

Jusqu’à présent, même si un abri pour vélos existait déjà, il fallait avoir le goût du risque pour laisser son engin sur place. Ici, l’objectif est clairement de préserver le matériel des cyclistes. "On connaît tous quelqu’un qui a vécu une mésaventure à la gare de Blaton. Cet abri permettra donc de sécuriser les vélos. Pour informer les navetteurs quant à l’existence de cet abri, on placera des petits cartons explicatifs. Le parking pour vélos actuel de la SNCB reste quant à lui en l’état. La SNCB n’y touchera pas pour l’instant", a encore signalé Maud Wattiez.

"Il y a deux emplacements prévus par domicile. Ce n’est pas possible de prévoir un seul emplacement afin de permettre à un maximum de gens d’utiliser cet abri sécurisé ?" La question émanait de Bénédicte Vanwijnsberghe.

"Nous y avons réfléchi très fort et nous avons imaginé une famille qui a investi dans de chouettes vélos. Plus de deux emplacements, ça nous paraissait exagéré, mais un seul pour une fratrie ou un parent avec un enfant, c’était trop peu. On fait le test. On verra ce que ça donne. Deux personnes sont déjà revenues vers nous suite à l’article publié dans le bulletin communal et des navetteurs seront peut-être intéressés aussi", note Maud Wattiez.

Il s’agit ici, comme l’a assuré l’échevine, d’une première étape concernant les investissements en matière de mobilité envisagés autour de la gare de Blaton mais aussi en d’autres endroits de l’entité.

Infos au 069/59.00.60 ou sur www.bernissart.be