Kevin et Logan sont poursuivis par le tribunal correctionnel de Tournai pour des faits de stupéfiants. Les deux hommes sont effectivement accusés d'avoir détenu et vendu du cannabis de novembre 2018 à décembre 2019. "Je ne conteste pas les infractions, il s'agissait de dépannage", s'est justifié Kevin. Logan, quant à lui, aurait également cultivé du cannabis au sein de son domicile. "A cette époque, j'étais un gros consommateur. Toutefois, j'ai quand même plus dépanné que vendu".

Lors de la perquisition, les services de police ont retrouvé une quantité importante de stupéfiants dont plus de 3 kilos de cannabis chez Logan. Pour le représentant du ministère public, de l'eau semble avoir coulé sous le pont depuis les faits. "Aucun des prévenus ne possède d'antécédents judiciaires. En plus de ces faits anciens, l'enquête a démontré que la liste des clients était loin d'être longue". Il ne s'est donc pas opposé à une mesure de faveur.

"Il s'est rabattu sur le CBD"

Récemment devenu père, Kevin veut aujourd'hui endosser au mieux son rôle. "Mon client veut poursuivre ses efforts", a précisé Me Marginet, avocate de la défense. "Aujourd'hui, il s'est rabattu sur le CBD". Une suspension simple du prononcé a donc été sollicitée.

"Logan était un consommateur acharné au point d'avoir sa propre culture de cannabis", a indiqué Me Discepoli. "Il ne dépannait pas de manière régulière. Et pour cause, suite à des analyses téléphoniques, sur 15 000 messages entre 2011 et 2020, seulement deux malheureux messages ont été pointés du doigt. Le premier date de 2013 où une certaine Laura demande d'être dépannée. Nous n'avons ensuite plus rien avant l'année 2019". Ayant aujourd'hui arrêté toute consommation, le conseil de Logan a sollicité une suspension probatoire. Le jugement sera rendu le 24 mai.