Depuis 2018, l’ASBL 2749 miles d’espoir, basée à Braffe, apporte son soutien aux jeunes de la région de Mbour, au Sénégal, notamment au niveau de leur scolarité et en fournissant aussi des colis alimentaires. Un système de parrainage d’enfants est ainsi mis en place. L’ASBL s’occupe aussi d’enfants talibés, de jeunes garçons confiés par leurs parents à des maîtres pour effectuer leur éducation religieuse dans des daras, des écoles coraniques. La pandémie et le confinement n’ont pas permis, pendant un an et demi, de visites sur place, mais cet été, une délégation emmenée par la présidente, Gwenaëlle Ladrière, s’est rendue à Mbour pour se rendre compte des avancées réalisées grâce à l’association.

"Nous avons pu vérifier que nos actions dans les daras portaient leurs fruits, même si certaines traditions demeurent ancrées, confie Gwenaëlle. L’hygiène s’améliore et les enfants sont aussi plus propres sur eux. Ils ont plus facilement accès à l’eau. Les enfants doivent aussi passer moins de temps à mendier pour obtenir de la nourriture et certains ont de ce fait entrepris de cultiver, soit pour envisager par la suite un travail dans l’horticulture, soit pour subvenir à leurs besoins. Les marabouts collaborent et sont prêts à écouter des idées venues d’Europe, ce qui n’est pas gagné à la base."

Un projet d’arrivée d’eau est toujours à l’étude mais le prix des devis a tendance à flamber, tandis que l’ASBL tente aussi de faciliter l’accès à l’électricité et à l’eau à des familles qui manquent de moyens. D’autres initiatives sont menées avec le soutien de donateurs privés, comme un projet d’agriculture familiale englobant poivrons, aubergines et navets. La première récolte ne devrait plus tarder. C’est un papa qui s’en occupe et qui va former ses fils. Une autre donation privée rendra possible la fabrication d’une structure permettant de protéger une famille des rayons du soleil et également de la pluie. "Ces personnes n’ont pas d’ombre dans leur cour, ce qui est particulièrement pesant", précise la présidente.

Quant à la rentrée scolaire, elle devrait avoir lieu, si la situation Covid le permet, début octobre. "Nous voulons accentuer les cours de renforcement pour certains filleuls qui en ont besoin afin de réussir leur scolarité. Nous sommes fiers aussi de la réussite au BAC d’un de nos filleuls. Nous comptons plusieurs jeunes de 18-20 ans particulièrement motivés pour entreprendre des études supérieures, signale Gwenaëlle. Nous allons aussi accentuer notre collaboration avec l’école de Ndiefoune pall, pour repeindre les locaux, améliorer l’électricité et clôturer le site. Nous avions déjà acheté des manuels scolaires pour cette école."

Deux bébés viennent aussi d’arriver dans l’association : une petite fille orpheline recueillie par la femme d’un marabout et un petit garçon dont la maman n’est pas en bonne santé mentale. "Nous finançons l’achat de lait, les frais médicaux voire les langes et les vêtements parfois."

Apéro le 1er octobre

Par ailleurs, un partenariat entre l’école communale de Braffe (section maternelle) et le Sénégal est en cours de réalisation. "L’idée est de favoriser un échange entre les cultures. Chaque enfant pourrait ainsi faire un dessin ou fournir un objet personnel, le tout dans le but de pouvoir échanger sur les habitudes vestimentaires, l’alimentation, la vie quotidienne."

Le 1er octobre, l’ASBL 2749 miles d’espoir organise depuis le stade de la Verte Chasse à Péruwelz une soirée apéro. Les bénéfices serviront bien entendu à financer les futures actions de l’association. A cette occasion, plusieurs maillots de football dédicacés par des joueurs très connus seront proposés lors d’une tombola.

En attendant, une bonne nouvelle est parvenue du Sénégal. Elle concerne l’état de santé de l’épouse de Lamine, le précieux relais de l’association sur place. "Elle termine ses séances de chimio et les scanners sont rassurants", assure Gwenaëlle.

Infos sur la page Facebook 2749 miles d’espoir.