Il ne faut plus l’appeler Marina Rasseneur mais bien Marina Kelidis.

"C’est une victoire après un long combat juridique". Désormais, il ne faut plus dire Marina Rasseneur mais bien Marina Kelidis. L’échevine PS, qui a entre autres l’enseignement dans ses attributions, a déjà pu arborer son nouveau nom lors de la séance du conseil communal.

"A ma naissance en 1960, j’ai dû porter le nom du premier mari de ma maman, un homme que je n’ai pas connu. A l’époque, divorcer prenait du temps et mes parents n’ont pu se marier qu’en 1976. Mon père était Grec. Les règles ont changé depuis la loi Delphine Boël. J’ai passé un test ADN pour prouver que j’étais bien sa fille et nous pensions donc qu’automatiquement, le changement de nom se ferait. Mais non, il a fallu introduire une demande puis passer devant le tribunal de la famille à Tournai. La procédure a duré 3 ans et demi car en plus, notre nom avait été mal orthographié dans un premier temps. Mon papa est décédé le 24 août après 6 mois d’hospitalisation. J’aurais aimé qu’il puisse vivre ce moment. Là où il est, il doit être content", confie Marina… Kelidis, dont la fille portera aussi le même nom dans un avenir proche.