Beloeil - Péruwelz - Leuze Vingt couples environ ont investi un talus sur le zoning Polaris.

Des hirondelles de rivage se sont installées pour nidifier au niveau d’un gros monticule de terre situé entre Péruwelz et Basècles sur le chantier du futur zoning Polaris. Une paroi propice à la nidification.

Plusieurs naturalistes se sont mobilisés afin de permettre à cette colonie de se reproduire tranquillement. "Un contact a été pris par le parc naturel et la commune auprès d’Ideta, qui gère les travaux", confie Benoît Gauquie, chargé de mission au parc naturel des Plaines de l’Escaut.

"Nous avons aussi un groupe de travail hirondelles dont les membres sont très actifs et qui nous ont alertés. La division nature et forêt a également été contactée."

Finalement, une sorte de zone tampon a été délimitée autour de ce tas de terre. Les nids de cette espèce protégée d’intérêt communautaire sont en construction. "L’hirondelle de rivage est une espèce que l’on retrouve souvent près des rivières, mais comme nous n’avons plus beaucoup de rivières naturelles et qu’elles ont besoin d’un substrat assez meuble, on les retrouve par exemple à Maubray, près d’une sablière", poursuit Benoît Gauquie. "L’hirondelle de rivage aime l’activité humaine autour d’elle. Elle est attentive à cette présence de l’homme qui la protège en quelque sorte des prédateurs."

Les parois de ce monticule de terre et leur verticalité constituent donc un terrain idéal pour la nidification. Selon Benoît Gauquie, ce serait peut-être l’occasion d’essayer de trouver un financement pour des aménagements dédiés aux hirondelles, même s’ils sont onéreux.

Les volatiles ne pourraient de toute façon pas rester longtemps à cet endroit puisque les parois vont assez rapidement se végétaliser.

"Le terrain leur deviendra vite défavorable", confirme le chargé de mission. "La période de reproduction va grosso modo d’avril à juillet. Et tant que le dernier jeune ne sera pas sorti de son trou, cette zone tampon demeurera en place. Une convention a été établie avec Ideta pour préserver cet habitat le temps qu’il faudra." G.Dx