La distribution aux infirmières et infirmiers à domicile ne s’est pas déroulée comme prévu puisque les communes n'ont pas reçu les bonnes listes.

La distribution de masques dans les communes à destination des praticiens et praticiennes en soins infirmiers à domicile ne s’est pas passée comme prévu pour certains professionnels.

C’est le cas pour Aurore Chille et Olivier Destrebecq, qui gèrent la société Infi-nity soins.

"Nous avons une société de soins à domicile depuis 10 ans dans la commune de Beloeil où nous habitons. Ce jeudi matin, ma femme s’est rendue à l’administration communale pour la distribution des masques et l’employé lui a signifié que nous n’étions pas repris sur cette liste et que nous n’avions donc droit à rien du tout, indique Olivier Destrebecq. Or, nous comptons 17 employés, dont 7 qui œuvrent tous les jours en première ligne. Par contre, une collègue de ma femme qui est domiciliée sur une autre commune depuis maintenant 3 ans figurait sur la liste. Heureusement que le personnel de terrain affiche une certaine conscience professionnelle et qu’il répond présent auprès des patients malgré les difficultés rencontrées. Nous avons besoin de ces masques pour protéger notre personnel et également les patients. Il faut que tous les professionnels soient identifiés clairement. Nous sommes en pénurie de matériel. D’ailleurs, certains entrepreneurs nous ont fourni les masques qu’ils avaient et nous les en remercions. Nous n’en voulons pas au personnel communal car nous savons que la liste des professionnels enregistrés sur l’entité ne provient pas des services communaux, mais il est temps que les autorités responsables réagissent. Vers qui nous tourner ? L’employé nous a dit que les dispositions venaient du Gouverneur."

Aurore et Olivier ne sont pas les seuls à avoir eu la mauvaise blague. Dans d’autres entités, comme à Péruwelz, le problème s’est également posé. Les masques avaient été retirés chez le Gouverneur et la liste était fournie par le SPF Santé publique. La ville de Péruwelz a ainsi publié un message.

"Certains professionnels ne figurent pas sur la liste fournie à la ville. Nous avons pris note de leurs coordonnées pour faire remonter dès aujourd'hui l'info au niveau du Gouverneur. Notre objectif est d'obtenir au plus vite une deuxième livraison de masques."

Plusieurs autres communes de la région ont dû déplorer le même phénomène.