Si, comme d’autres clubs, le FC Harchies-Bernissart travaille déjà en coulisses à l’élaboration de son noyau pour la saison 2021-2022, le club s’active aussi pour remettre à neuf ses installations à Harchies grâce au concours de plusieurs joueurs, des coachs mais aussi d’un agriculteur. Le terrain vient ainsi d’être totalement retourné. Dans quelques semaines, il aura un tout autre visage.

"Notre travail consistait à retourner le terrain sur 15 centimètres et nous pouvons remercier l’agriculteur qui est venu avec ses machines, confie Christopher Wattiez, capitaine de l’équipe A et qui a fait son entrée dans le comité du club. A partir de lundi prochain, une firme spécialisée va prendre le relais pour nous permettre d’avoir un bel outil sur lequel nous pourrons nous amuser. Refaire le terrain était un projet prioritaire pour nous, même si ça nous demande un investissement de plusieurs milliers d’euros. C’était devenu un champ de patates. Nous en avons profité aussi pour élaguer les arbres et les branches autour du terrain. Nous avons remis les bancs de touche en état, notamment au niveau de la peinture et nous avons aussi refait les panneaux publicitaires pour pouvoir accueillir les pubs des sponsors. Tout ça prend forme."

Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, il y a quelques semaines, le conseil communal de Bernissart avait acté dans le budget 2021 de la commune une somme de 70 000 € pour des travaux de réparation de la toiture et de rénovation des vestiaires en faveur du club d’Harchies/Bernissart.

Christopher Wattiez estime que le club est sur de bons rails et peut entrevoir le futur avec enthousiasme. "Il y a une belle dynamique. Pour prendre un exemple, des joueurs qui viennent à peine de signer chez nous se sont impliqués pour donner un coup de main quand nous avons réalisé les aménagements autour du terrain il y a quelques jours. Ils se sont vite intégrés. Depuis plusieurs mois déjà, nous faisons beaucoup d’efforts pour montrer une belle image du club, en espérant aussi que les gens reviendront plus volontiers au stade quand les compétitions reprendront. Ce sera aussi à nous de pratiquer du beau jeu sur notre nouvelle pelouse."

© Devaux