Le confinement a donné des idées aussi à Vanessa Szczepanski. La citoyenne d’Harchies, passionnée depuis l’enfance par les animaux et leur bien-être, a décidé de suivre une formation de naturopathe animalière. Diplômée depuis début mars, elle se lance en activité complémentaire dans un domaine qui l’a toujours attirée.

"On y croit ou on n’y croit pas, mais j’ai toujours su que j’avais ça en moi", dit-elle.

Vanessa évoque une anecdote. Elle avait alors 10 ans. "Une dame possédait des chevaux de course. Il y en avait une dizaine dans une prairie. J’y ai pénétré et je suis restée une heure au milieu d’eux, à les caresser et à leur parler. Ensuite, je suis rentrée chez moi comme si de rien n’était, tranquillement. Avec le recul, je me dis que c’était peut-être un peu risqué. Mais ça me paraissait naturel. Au moment du premier confinement, une proche spécialisée dans le champ énergétique chez les humains m’a incitée à franchir le pas avec les animaux car elle sait que j’ai toujours eu un lien spécial avec eux. J’ai donc entamé une formation qui se donnait à Meslin l’Evêque."

La mission d’une naturopathe animalière est d’intervenir de manière globale sur le bien-être physique et mental de l’animal. "C'est une thérapie holistique qui se pratique sans utilisation de médicaments."

Pas vétérinaire

Vanessa le précise : elle n’est pas vétérinaire. "Je ne pratique donc pas d’actes chirurgicaux et je ne suis pas non plus comportementaliste dans le sens où je ne vais pas faire obéir votre animal de compagnie. Je prends juste en charge le bien-être physique et mental de l’animal, par exemple dans le cas d’une dépression ou d’un problème nécessitant un rééquilibrage nutritionnel. On va travailler de manière naturelle via l'homéopathie, les Fleurs de Bach, la communication intuitive et aussi les massages."

Cette pratique s’adresse aux chiens, aux chats et aux chevaux mais également aux rongeurs et aux oiseaux.

"La personne me contacte et on dresse d’abord un bilan complet sur le mode de vie de l’animal, sa relation avec ses maîtres en général."

À terme, le souhait de Vanessa serait de pouvoir ouvrir un petit cabinet à domicile. Elle aimerait aussi collaborer avec un vétérinaire. "Mais ça, c’est une autre histoire", sourit-elle.

Son activité, elle a décidé de la baptiser ET Pattes & Moi. "Cette appellation fait référence à une vision perçue grâce à mon chien en me promenant."

Une intuition donc, une de plus chez Vanessa.

Infos sur la page Facebook ET Pattes & Moi et via etpattesetmoi@gmail.com