Il va falloir se rendre à Leuze, ce qui n’est pas évident pour tout le monde.

La conseillère socialiste Clarisse Cantillon a interpellé le bourgmestre à propos de la justice de paix à Roucourt.

"Car à partir de ce 1er décembre, le siège péruwelzien de la justice de paix du canton de Péruwelz-Leuze sera définitivement supprimé", indique-t-elle. "Toutes les audiences se tiendront à Leuze, même si on annonce qu’un back-office sera temporairement maintenu dans le bâtiment de Roucourt pour y accueillir l’ensemble de l’archivage de la juridiction."

La conseillère signale que la justice de paix est un lieu de proximité où on tranche les conflits du quotidien. "Les justiciables doivent pouvoir se rendre facilement aux audiences qui se tiendront à Leuze chaque lundi dès 9 heures. Par curiosité, j’ai consulté l’horaire des Tec et j’ai constaté que pour pouvoir arriver à temps, les justiciables devront prendre un bus à 7 h 21 depuis la gare de Péruwelz pour arriver à 7 h 45 à Leuze pour une audience qui ne débute qu’à 9 heures. Quant au retour, ils devront attendre 12 h 11 pour pouvoir reprendre un bus en direction de Péruwelz."

S’ils optent pour le train, ce sera le parcours du combattant, toujours selon Clarisse Cantillon.

Vincent Palermo, le bourgmestre, a d’abord précisé que désormais, il ne fallait plus parler des Tec mais de l’OTW, à savoir l’opérateur de transport de Wallonie. "Nous avons déjà dépassé le stade de la réflexion avec un projet de mise en place d’une ligne WEL et donc directe Péruwelz-Leuze-Frasnes jusqu’à Renaix. Nous avons pensé non seulement aux personnes qui doivent se rendre à la justice de paix mais aussi aux gens qui travaillent à Leuze ou qui vont prendre le train à Leuze ainsi qu’aux étudiants. Nous discutons même avec les Français. Et il y a une réflexion par rapport aux trajets avec les villages."

Pour Clarisse Cantillon, "c’est une bonne démarche et nous souhaitons que cela puisse se concrétiser rapidement, avec des lignes en suffisance le lundi matin pour permettre aux Péruwelziens de rejoindre la justice de paix sans être trop à l’avance ou trop en retard et sans devoir attendre des heures pour pouvoir rentrer sur l’entité."

Reste un autre paramètre : la rénovation attendue des locaux de Leuze. Ce ne sera pas pour tout de suite…

G.Dx