Une bande venue des pays de l’Est a réussi à percer le pipeline.

Des milliers voire même plus de litres de kérosène ont été pompés illégalement sur un pipeline de l’Otan à Basècles.

Nous sommes le long du Ravel et de la voie de chemin de fer. Entouré d’un ruban, un petit tuyau sort du sol et s’enfonce dans le bois. Sur le ruban figure la mention danger, conduite haute pression. Logiquement, cette minuscule conduite n’a rien à faire là. A deux pas passe le pipeline de l’Otan. Deux témoins, sous couvert d’anonymat, nous racontent.

"Au départ d’anciens bâtiments industriels proches, un manège de semi-remorques a été constaté, explique l’un d’eux. Mais personne n’avait pensé au pipeline. Il s’agissait en réalité d’une bande venue des pays de l’Est qui agissait pour pomper illégalement du kérosène au niveau du pipeline de l’Otan. Le pompage illégal a bien duré deux ans. Une grosse perte de kérosène a été constatée et les services compétents ont cherché des fuites en fermant certaines arrivées. Or, ils n’ont jamais trouvé de fuite. Par contre, après enquête, il s’est avéré que la perte provenait d’une zone située entre les rues du Carme et de Condé, distantes de quelques dizaines de mètres à peine."

Les gaillards étaient forcément bien équipés. L’autre témoin le confirme. "Ils ont agi au moyen d’un système de forage provenant des Etats-Unis. Ils sont parvenus à percer un trou dans le pipeline et à dévier le kérosène via une installation réalisée sous terre et même sous la voie ferrée. Quand le manège a été démasqué, des hommes armés jusqu’aux dents ont débarqué et ont interpellé les auteurs du pompage. Le pipeline était percé depuis deux ans ! Les semi-remorques quittaient les lieux pour aller rechercher l’autoroute toute proche à Blaton. Le kérosène repartait vers les pays de l’Est, sans doute pour être raffiné là-bas."

Des camions, deux au moins, ont été stoppés. C’était au début de l’automne dernier, le long de l’autoroute, à hauteur de Basècles. Et des arrestations ont eu lieu…

© Devaux