Le projet immobilier annoncé fait peur aux pêcheurs du lac de Bernissart.

Ces derniers jours, le téléphone de Michaël Demaeseneire a chauffé. Avec, au bout du fil, une même question : pourra-t-on encore taquiner la carpe à Bernissart Lac ?

L’annonce récente d’un projet immobilier a créé un certain émoi chez les pêcheurs. Michaël Demaeseneire, précisons-le, est propriétaire d’un peu plus de 14 hectares, dont 12 qui constituent le plan d’eau, sur les 43 que compte le site. En réalité, deux plans d’eau, un rectangulaire et un de forme plus arrondie, sont séparés par un îlot central.

Michaël ne souhaite pas polémiquer mais il s’inquiète et tente d’aller à la… pêche aux informations. Si une expropriation doit intervenir un jour, il aimerait être prévenu. Mais jusqu’à nouvel ordre, Bernissart Lac demeure le paradis des carpistes.

"Je sais qu’il existe un plan communal d’aménagement. J’ai entendu parler du projet immobilier et je n’émets pas de critiques, mais je veux surtout apaiser les nombreux adeptes qui m’ont téléphoné. Il y a eu aussi pas mal de partages négatifs sur les réseaux sociaux. Je veux donc rassurer tout le monde ou du moins tenter de rassurer."

Dévolu à la pêche en batterie et disposant de 50 emplacements, le site accueille en règle générale des pêcheurs chevronnés. "Nous avons par exemple beaucoup de néerlandophones, de Hollandais et de Français. Parfois même des Anglais", confie Michaël Demaeseneire.

Un site entretenu

La carpe commune mais aussi la miroir, amour blanc ou amour marbré frétillent dans le lac. Mais ce n’est pas tout. On y trouve a ussi esturgeons, t anches, brèmes et gardons . "Il y a quelques zones au blanc" , précise Michaël.

Ce dernier essaie de continuer à améliorer le site, à l’entretenir. "Nous avons par exemple un projet de plantations de la famille des saules au niveau de l’îlot central. Et puis, il y a aussi l’entretien des berges à effectuer sur tout le contour. Nous y sommes attentifs. On arrange pour éviter l’érosion. Et nous avons aussi aménagé des pontons pour les pêcheurs."