Beloeil - Péruwelz - Leuze Séverine et Alexandre Dubuisson ont intégré l’équipe de la brasserie pipaisienne.

Avec 250 années au compteur, la brasserie familiale Dubuisson peut s’enorgueillir d’être la plus ancienne de Wallonie. Et en parlant de famille, Hugues Dubuisson peut dormir sur ses deux oreilles.

Si l’heure de la retraite ne va pas sonner tout de suite pour l’actuel boss de la brasserie, c’est avec un réel contentement qu’il accueille la venue de deux de ses enfants au sein de la structure familiale qui au total emploie 45 personnes. Séverine, 24 ans, et Alexandre, 27 ans, constituent ainsi la 9e génération. Bref, l’histoire se poursuit.

Alexandre a intégré l’entreprise il y a t rois ans, après des études de gestion à la Fucam. Pour info, c’est Alexandre qui est à l’origine du lancement en 2018 de la Rasta Trolls, un des derniers bébés de la brasserie. "Je suis responsable Horeca Belgique et je suis impliqué dans le marketing, souligne-t-il. Ma venue dans la structure s’est déroulée assez naturellement. Je ne m’étais pas vraiment posé la question. À la base, j’étais en recherche d’emploi et j’étais d’ailleurs assez avancé dans mes démarches quand, au final, j’ai eu l’opportunité d’intégrer l’entreprise. Je ne regrette pas. On découvre pas mal d’aspects dans ce métier et c’est intéressant."

Séverine, elle, est là depuis un an. "J’ai été engagée pour contrôler la gestion. Je m’occupe du service clients, aux niveaux logistique et aussi communication. Et puis, je vais chapeauter le lancement de notre nouveau magasin."

Ingénieure de gestion (Fucam) elle aussi, Séverine ne pensait pas travailler directement pour l’entreprise. "Je pensais aller faire mon expérience ailleurs d’abord. Papa m’a demandé plusieurs fois d’intégrer l’équipe. J’ai effectué des stages dans d’autres entreprises, dont une très grosse enseigne. J’y ai déjà appris pas mal et finalement, j’ai accepté d’intégrer notre PME familiale. Car il s’agit bien d’une PME dans laquelle, c’est vrai, on touche un peu à tout. On y apprend le processus de A à Z."

La brasserie, pour rappel, produit plus de 90 000 hectolitres par an aujourd’hui. Elle exporte dans plus de 40 pays, avec des marchés principaux en France, en Italie, aux Pays-Bas, en Suisse et en Chine.

Des feux

La brasserie Dubuisson a investi 5 millions dans son nouveau site touristique. Avec la création du musée interactif baptisé Beerstorium, Hugues Dubuisson entend attirer 20 000 visiteurs par an. Ce qui va donc engendrer un certain trafic sur une N50 déjà assez bien fréquentée.

La question d’aménagements sécuritaires aux abords de la brasserie s’était déjà posée et avait encore été évoquée il y a quelques mois par Hugues Dubuisson. À l’occasion de la célébration des 250 ans, le directeur a fourni des précisions sur ce dossier. "Nous avons pris contact avec le SPW au sujet de ces aménagements, en abordant la possibilité d’un carrefour avec feu rouge."

Visiblement, le SPW ne serait pas contre l’idée de sécuriser les lieux. "Mais la prise en charge financière serait assurée par la brasserie", a tout de même précisé, c’est important, Hugues Dubuisson.