Les Français ont démarré des travaux de débroussaillage et d’élagage

Une étape supplémentaire de travaux va être engagée de novembre 2019 jusqu’au 1er trimestre 2020, consistant à débroussailler et défricher les berges de l’ancien canal.

Cette étape permettra de dégager les emprises nécessaires aux travaux de curage et de recalibrage, qui interviendront à partir du 2ème trimestre 2020. Le débroussaillage sera réalisé sur 6 km au niveau des communes de Saint-Aybert, Thivencelle, Condé-sur-Escaut et Fresnes-sur Escaut, mais également sur la commune d’Hensies (B).

Les différentes interventions se feront principalement depuis la berge (une partie depuis le canal), avec des méthodes et des moyens techniques respectueux des rythmes biologiques et en fonction de la vie des milieux. En ce sens, et afin de minimiser leur incidence écologique, ces travaux doivent être effectués en période hivernale. Avec cette même exigence, les travaux de dessouchage se feront à partir de février 2020.

Préalablement à ces travaux, c’est dans l’objectif de reconstituer des milieux propices au développement de la biodiversité locale qu’ont été aménagées des zones humides d’ampleur et de qualité exceptionnelle, en lien avec le canal. Elles jouent en particulier le rôle d’espaces refuges pour la faune. En complément de ces habitats naturels reconstitués et restaurés, des partenariats sont engagés pour valoriser la biodiversité autour du canal.

Cet engagement collectif des acteurs du territoire sera poursuivi, après remise en navigation du canal, par des travaux d’aménagements écologiques et paysagers.

Les travaux sont financés par VNF et la Région Hauts-de-France (dans le cadre du contrat de plan Etat-Région), la région Wallonne (Belgique) et l’Union Européenne. Ces travaux renforcent encore les performances du mode fluvial et apportent à la région un avantage décisif pour dynamiser l’activié économique, attirer l’implantation de nouvelles entreprises et créer des emplois.

Plus particulièrement, la remise en navigation et le recalibrage du canal de Condé-Pommeroeul visent à permettre une liaison fluviale directe entre le canal à grand gabarit français et le canal du centre à grand gabarit en Belgique et la navigation de bateaux d’un port en lourd jusqu’à 3 000 tonnes. Ils visent aussi à réduire le temps parcours d’une ½ journée de navigation (30 km en moins) sans détour par le canal de Nimy / Blaton /Péronnes et éviter un investissement de 200 M€ sur la section concernée du canal Nimy / Blaton