Le casse-tête de la rue du Sarrazin embarrasse aussi livreurs et fournisseurs.

Elle fait faire des cauchemars aux livreurs de pizzas et aux services de secours. Elle, c’est la rue du Sarrazin à Quevaucamps. Une rue qui se présente en forme de croix, avec plusieurs appendices donc, qui mène la vie dure aux GPS, d’autant que la numérotation y est un peu spéciale. Mais une autre problématique se pose aux abords du musée de la Bonneterie.

Certains habitants de la rue Paul Pastur se trouvent aussi dans une position délicate puisque leur habitation se situe dans le prolongement d’une partie de la rue du Sarrazin. Et un sens interdit trône devant chez eux.

Le conseil communal a donc été sollicité pour approuver la modification de la dénomination d’une partie de la rue Paul Pastur en rue du Sarrazin.

"À la demande de certains riverains et pour des raisons de sécurité, notamment les interventions du service médical d’urgence, il est proposé de prolonger la dénomination de la rue du Sarrazin jusqu’au niveau de l’immeuble de la rue Paul Pastur n°32, à l’emplacement du panneau sens interdit, a souligné le bourgmestre, Luc Vansaingèle (PS). Pour atteindre ces quelques habitations de la rue Paul Pastur, il faut faire une grande boucle et il sera plus simple pour se repérer d’assimiler ce tronçon à la rue qui permet d’y conduire, autrement dit la rue du Sarrazin."

Prévenir les GPS

Le débat a surtout porté sur l’avenir de cette rue du Sarrazin. Pour Bastien Marlot (Pour l’avenir), "il faut impérativement prévenir les sociétés de GPS" .

Le conseiller avance aussi quelques suggestions . "On gagnerait en efficacité s’il y avait une suite logique dans la numérotation des habitations de la rue du Sarrazin, ce qui n’est pas le cas. Il serait bon aussi de poser des petits panneaux directionnels pour y intégrer les numéros concernés pour chaque appendice, assure-t-il. Il faudrait trouver une solution afin que les fournisseurs et les services d’urgence s’y retrouvent. Si une solution est proposée dans le cas présent, elle me semble dénuée de sens si une renumérotation complète n’est pas effectuée. Car quels numéros va-t-on attribuer aux habitations concernées de la rue Paul Pastur afin de suivre la logique de la numérotation en place actuellement ? Tenter de résoudre un problème vieux de plus de trente ans en en créant un nouveau n’est pas la solution."

Le bourgmestre confirme que la numérotation n’est pas facile à suivre et qu’à l’avenir, il faudra de toute façon se pencher à nouveau sur cette problématique à la rue du Sarrazin. Mais d’un autre côté, de nombreux riverains tiennent à leur numéro de maison et au nom de leur rue, ne serait-ce qu’en raison des tracas administratifs qu’une modification de la numérotation engendrerait. En attendant, on continue à construire dans la rue du Sarrazin.