Sur les réseaux sociaux, les citoyens de Leuze-en-Hainaut font part de leur mécontentement et se posent des questions sur l'intérêt de la commune par rapport à l'environnement. Une centaine d'arbres malades ou présentant un véritable danger pour la sécurité publique sont en train d'être abattus au parc du Coron, au RAVeL, au hall de tennis ainsi que dans le village de Blicquy. "Quand trois ou quatre peupliers sont malades, on en abat trente. C'est une honte !", s'exclame un riverain. "C'est une bonne chose de faite. Cela permet de dégager légèrement le paysage. De plus, des personnes malintentionnées n'iront plus jeter leurs déchets au pied des arbres", indique un citoyen leuzois, quant à lui, satisfait. 
   
La sécurité avant tout 

Pourtant cette décision ne date pas d'aujourd'hui et succède à une étude établie par une société spécialisée dans la gestion du patrimoine arboricole. 224 arbres ont donc été analysés consciensieusement par des experts avant de remettre leur rapport. En conclusion, il a été relevé que 84% d'entre eux ont été statués en bonne santé contre 2,45 % en mauvaise santé. La plupart de ces arbres ont été considérés comme dangereux. En ce qui concerne le village de Blicquy, des dalles de béton se soulevaient à cause de peupliers. Agés de plus de 100 ans et couverts de champignons, une vingtaine d'arbres qui demeuraient dans le parc du Coron, ont également été supprimés du paysage.

L'abattage d'une cinquantaine d'arbres et plus précisément des peupliers, a aussi été accompli le long du RAVeL. En plus de leur état de vieillesses, les branches de ces arbres tombaient régulièrement sur les toits des garages et d'autres structures propres aux citoyens.

Les amoureux de la nature n'ont toutefois, pas de souci à se faire: chaque arbre enlevé sera replacé. "Des nouvelles plantations sont prévues avec des essences indigènes et mellifères en fonction de leur emplacement", a indiqué la commune de Leuze-en-Hainaut.