Âgé de seulement vingt et un ans et étudiant pour devenir instituteur primaire, Florent Van Hessche, originaire de Leuze, est passionné de musique et prend d'ailleurs, des cours de chant. Avec la crise sanitaire, il a décidé de se consacrer essentiellement à sa passion pour la musique.

"Depuis que je suis tout petit, j'ai toujours aimé chanter. Cela fait quelques années que je souhaitais me lancer mais je n'osais pas. J'avais peur d'être jugé et du regard des autres. À cause du coronavirus, je savais que cette année, mes études seraient compromises. C'est donc grâce au soutien de mes proches que j'ai commencé à me consacrer à la musique. Elle a toujours fait partie de ma vie. Quand j'écoute de la musique, cela peut véritablement changer mon humeur et lorsque je chante, cela permet d'extérioriser mes émotions. C'est une sorte d'échappatoire", déclare Florent.

Le jeune homme reprend généralement des célèbres chansons écrites en anglais et n'hésite pas à apporter sa touche personnelle.

"Dans mes covers, j'essaie de parfois changer quelques paroles et d'apporter ma propre personnalité. Cet été, je compte écrire mes propres chansons en restant toujours dans la pop car c'est le style qui me correspond le mieux. Un jour, j'espère également me rendre au conservatoire ou dans une école de musique. Bien évidemment, l'aventure The Voice me tente aussi ".

Présent sur les réseaux sociaux


Ce passionné de musique partage essentiellement ses prestations sur Instagram et sur la célèbre application TikTok grâce à son compte, Florent Covers. Pour le jeune homme, c'est un excellent moyen pour se faire connaître et pour présenter ses reprises.

"Avec la COVID-19, je n'ai pas le choix d'être actif sur les réseaux sociaux. L'avantage de TikTok et d'Insagram c'est que les covers sont proposés à des personnes qui ne me suivent pas forcément. Elles peuvent donc facilement découvrir mon compte ou tomber sur mes covers. De plus, c'est beaucoup moins stressant car je ne suis pas devant un public. Lorsqu'on est sur les réseaux sociaux, il faut s'attendre à des critiques négatives. Si elles sont constructives, je le prendrai assez bien. Par contre, si ce sont des insultes, je passerai au-dessus"
, conclut Florent Van Hessche.