Beloeil - Péruwelz - Leuze Objectif : devenir un meilleur élève en réduisant sa production de déchets.

C’est le dossier du moment. À Leuze aussi, des points d’apport volontaire (PAV) de déchets avaient déjà été installés et d’autres sont en cours d’installation. Il y en avait déjà quatre : chemin de Belœil, non loin du cimetière, rue de l’Araucaria, place Albert 1er et avenue Général Jacques. Il y en aura désormais… treize de plus.

Trois nouveaux PAV seront placés à Leuze : au parking près de la gare, aux abords de la piscine et au quartier de la Croix-Rouge. Les villages vont être dotés d’un PAV. Il y en aura même deux à Pipaix.

Au total, l’entité sera parsemée de 17 points d’apport. Il faut dire qu’en matière de production de déchets par an et par habitant, Leuze fait partie des mauvais élèves de Wallonie picarde puisqu’elle se situe en 20e position sur 23 communes. "L’utilisation de ces PAV implique un changement de comportement et il faudra bien entendu l’adhésion du citoyen. Nous allons informer la population via un toutes-boîtes ainsi que dans notre prochain magazine communal", a indiqué le bourgmestre Lucien Rawart (MR).

S’il était déjà possible d’amener gratuitement ses déchets organiques dans ces conteneurs enterrés, il y aura également moyen, via paiement cette fois, d’y déverser aussi des déchets ménagers résiduels qui peuvent habituellement faire partie du sac-poubelle, comme les plastiques ou les papiers d’emballage. Via une carte prépayée, chaque ouverture sera facturée 0,8 €.

"Le but est aussi de réduire les collectes des déchets. À l’avenir, nous proposerons ainsi de ramasser les déchets dans les villages une semaine sur deux et d’assurer trois ramassages sur quatre en ville."

Si Ecolo se réjouit de cette initiative, Baptiste Leroy a tout de même émis quelques remarques, notamment sur la façon de communiquer. "Ces PAV sont installés avant qu’on en parle. Ensuite, vous parlez de la diminution du nombre de collectes. Attention tout de même car les personnes à mobilité réduite et les personnes âgées vont éprouver des difficultés à apporter leurs déchets dans les PAV. Enfin, comment être sûr que les gens ne vont pas aller mettre des déchets ménagers résiduels dans les déchets organiques pour ne pas payer ?"

Le bourgmestre a dit que le collège voulait que tout soit terminé pour le 1er janvier. Quant aux contrevenants, il explique que "la carte est nominative et que la trappe des ménagers résiduels est plus grosse. Ipalle possède son système de contrôle pour remonter vers les personnes ne jouant pas le jeu".

Plus cher

Pour faire face à l’augmentation à hauteur de 6,5 € par habitant de la cotisation à Ipalle pour les déchets dès 2020, la majorité leuzoise a décidé d’augmenter le prix du sac-poubelle, qui passera de 0,8 à 1 €. Mais ce n’est pas tout. La taxe relative à la collecte et au traitement des déchets va elle aussi être revue à la hausse. Les isolés leuzois paieront ainsi 6 € de plus (de 94 à 100 €) et les ménages 12 € de plus (de 138 à 150 €).

"On pense depuis longtemps qu’il ne faut plus distribuer de sacs à la population, mais bien diminuer la taxe communale", a indiqué Baptiste Leroy. "Oui, il faut répercuter la hausse de la cotisation à Ipalle, mais ici, votre décision d’augmenter la taxe touche tout le monde de la même façon alors que vous auriez pu récompenser les bons élèves. Nous aurions préféré que la répercussion de la hausse de cotisation se fasse entièrement sur le seul prix du sac, pour signifier qu’on paie en fonction de ce que l’on consomme."

Pour Christian Brotcorne, conseiller communal Idées, une augmentation trop importante du prix du sac aurait une conséquence. "Si on augmentait trop, on aurait une recrudescence des dépôts sauvages."