En novembre dernier, une dame sortant de son travail était mortellement fauchée sur la N60 à proximité de l’hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu.

Le député Hervé Cornillie a interrogé la ministre de la Sécurité routière, Valérie De Bue, sur la sécurisation du passage de la N60 à Vieux-Leuze à la hauteur de cet établissement.

"La route est jugée dangereuse par certains habitants et ces derniers souhaitent un renforcement de la sécurité routière, souligne Hervé Cornillie. Les données routières confirment-elles la dangerosité du passage de la N60 à Vieux-Leuze ? Les statistiques de la police locale également ? Quelle conclusion peut-on en tirer ? Des dispositifs supplémentaires de sécurité routière peuvent-ils être débloqués à cet endroit précis ? " Voilà pour les questions du député.

Il apparaît que la Commission Provinciale de Sécurité Routière (CPSR) a examiné la N60 à la demande de la commune pour des raisons de vitesse entre le centre de Leuze et le giratoire dit du Soleil Levant. La ministre précise que "les principaux éléments relevés lors des discussions sont les suivants. Les limitations de vitesse sont cohérentes et en adéquation avec l’environnement. Le trafic est tempéré depuis la réalisation du contournement. La zone de police ne relève pas un grand nombre d’infractions lors des contrôles. L’analyse de trafic n’a pas permis de ressortir de véritables difficultés de respect des limites de vitesse. L’insécurité ressentie n'est pas corroborée par les données statistiques d'accidents."

Les experts ont donc conclu que les limitations de vitesse sont en concordance avec l’aménagement des lieux et ne sont pas mises en cause par les différents intervenants.