La commune de Leuze a voté une motion relative à la suppression de distributeurs de billets et d’agences bancaires.

"Les banques ont l’intention de fermer 2000 terminaux bancaires et de nombreuses agences en Belgique. Il ne sera ainsi plus possible de réaliser certaines opérations de base comme virements, consultation des soldes ou impression des extraits. Or, il y a une mission d’intérêt général à respecter de la part des banques. Une étude de la Fondation Roi Baudouin a montré que 40% de la population belge n’ont pas une grande connaissance numérique, ce chiffre montant même à 75% chez les familles à faible revenu, chez les gens dont le niveau de diplômes est peu élevé et chez les personnes âgées, a fait remarquer Mélanie Lepape, échevine de la citoyenneté. Nous demandons la suspension du plan Batopin visant à créer un réseau commun de distributeurs de billets. Nous demandons que les obligations contractuelles de BPost en matière de réseau de terminaux soient confirmées et que se tienne une conférence interministérielle économie réunissant communes et consommateurs pour élaborer une charte du service bancaire universel incluant les opérations de base."

Ecolo, via Baptiste Leroy, est d’accord pour voter cette motion. "Le service de proximité doit être appliqué pour les personnes moins à l’aise avec les applications bancaires. Une petite remarque : plutôt que de parler de suspension de ce plan, il faudrait indiquer la révision. Et concernant le rôle de BPost, entreprise publique, il faut confirmer l’importance des services à rendre à la population et c’est au contrat de gestion de bien faire figurer cette obligation de service à la population."

Christian Ducattillon (PS) propose même d’aller plus loin. "Dans la limite du respect des règlementations, concernant les offres de marchés publics pour les services bancaires, la Ville ne peut-elle pas tenir compte du fait que certaines banques sont représentées sur notre territoire par rapport à d’autres qui ne font pas l’effort de rendre ce service à la population ?"

Pour Jérôme Brismée (PS), "il ne faut tout de même pas oublier non plus que l’Etat belge a sauvé les banques en 2008."