Je t'aime moi non plus. Voilà, la phrase symbolique qui pourrait résumer cette affaire délicate qui a été abordée au tribunal correctionnel de Tournai. Sam et Max (prénoms d'emprunt) sont accusés d'avoir porté des coups violents. Les faits se sont déroulés en juillet 2018, à Leuze. Sam s'était séparé de sa petite amie et comptait se rendre chez elle pour avoir une discussion et par la même occasion, il souhaitait reprendre ses affaires. Cependant, la situation a très vite dégénéré. 
   
Ce jour-là, Sam et Max se sont donc rendus en voiture au domicile de la belle-famille. En garant le véhicule devant l'habitation, le père est très vite sorti et se montrait assez énervé.
    
"Il me provoquait et il m'a invité à sortir du véhicule. Je n'ai pas pris la fuite et je suis donc allé à sa rencontre. Très rapidement, j'ai voulu repartir mais l'ex-beau-père de Sam m'en empêchait. Je l'ai alors repoussé. Il s'est jeté sur moi pour me donner un coup. Heureusement, ses mains ont frôlé mon visage. Je l'ai encore repoussé en portant un coup avec ma main droite. Il est tombé au sol. Je reconnais les faits mais c'était simplement pour me défendre. Pendant tout ce temps-là, Sam est resté dans le véhicule", déclare Max.
 
Rapidement, tous les membres de la famille sont sortis. C'est alors que Sam est intervenu pour calmer les choses. 
 
"Nous avions souvent des disputes avec mon ex-petite-amie mais nous nous remettions toujours ensemble. La veille des faits, Max s'était disputé au téléphone avec le père de Mary et ce dernier le provoquait. Je voulais simplement aller au domicile pour régler mes comptes et régler mes affaires de couple. Et je suis en effet, intervenu afin que Max puisse rentrer dans la voiture", précise Sam.
 
Des témoignages différents 
 
Pour l'avocat de la partie civile, ce comportement était inadapté. 
 
"Je ne vois pas pourquoi on vient à plusieurs pour régler des problèmes de couple. Suite à ce coup, mon client est resté inconscient pendant quelque temps. Mary dira avoir été également frappée par Max. D'après elle, ce dernier serait sorti de la voiture et aurait volontairement donné un coup à son père. Sam aurait également porté des coups. Je sollicite donc un dommage moral pour chacun des membres de la famille". 
 
Les deux jeunes hommes ne possèdent pas d'antécédent. Le représentant du ministère public requiert une peine de 30 mois d'emprisonnement à l'égard de Max et 10 mois pour Sam. 
 
"C'est un couple de jeunes et régler ses comptes signifie parler pour arranger les choses. Est-ce qu'il y a vraiment des témoins neutres à part les membres de la famille ? Pas réellement. Les témoignages de ces derniers ne sont pas crédibles, il y a de l'exagération. Ils disent tous des choses divergentes. Max, actuellement en rhéto et âgé de 23 ans, n'a pas une vie facile. Je sollicite donc à titre principal, une suspension du prononcé et à titre subsidiaire, une peine de travail. Pour Sam, je demande à titre principal, l'acquittement", ajoute l'avocat des deux prévenus.
 
Le jugement sera prononcé le 3 juin.