La nouvelle Miss Beloeil étudie la comptabilité et prend des cours de cuisine.

Son prénom et son nom fleurent bon la Grèce. Assez logique, dès lors, qu’elle soit parfaite bilingue français-grec. Manolia Giannikos, 19 ans, est très exactement originaire de Serrès, dans le nord du pays. Mais c’est à Péruwelz que la nouvelle Miss… Beloeil 2020 a grandi.

Manolia participait pour la première fois à une élection de ce genre. "C’était une expérience à vivre. Je connaissais l’élection de réputation et je n’ai pas été déçue."

Quant à dire si elle va remettre le couvert, Manolia n’en sait encore rien. Et en parlant de couvert, Manolia, qui a entamé un bachelier en comptabilité, suit aussi des cours de cuisine. "J’aimerais si possible devenir traiteur."

Fan de pâtisserie, Manolia adore aussi voyager. En s’inscrivant à Miss Beloeil, elle souhaitait partager une aventure humaine qui change un peu de l’ordinaire. Et de ce côté, elle a été servie. "Je retiens surtout la bonne entente qu’il y avait entre candidates. Sincèrement, ce n’est pas juste pour faire joli que je dis ça. Je n’ai pas ressenti de rivalité entre nous. Quand je me suis lancée dans l’aventure, je n’y allais pas pour gagner. Nous avions toutes nos chances. Évidemment, je n’allais pas dire non si j’étais élue. Depuis octobre, nous avons enchaîné les répétitions chaque dimanche."

L’agenda de la nouvelle Miss Beloeil va se remplir à grande vitesse. Elle le sait et s’y est préparée. "Mon emploi du temps sera chargé mais je vais m’organiser. Il y aura des prestations chaque week-end ou presque. Je vais par exemple me rendre au marché de Noël de Beloeil ce week-end."

Celle qui se qualifie de jeune fille réservée mais en même temps très ouverte a repris la pratique sportive depuis quelques semaines après avoir, durant sa jeunesse, fait de la danse classique.

Elle voulait s’investir dans une autre commune que la sienne et en apprendre plus sur celle-ci. Dans un an, Beloeil ne devrait plus avoir trop de secrets pour elle.

À noter que Manolia Giannikos a pour première dauphine Harmony Brotcorne et comme deuxième dauphine Anna-Barbara Carletta. Cassandra Druart, elle, a obtenu le prix de l’espoir.

Geoffrey Devaux