Fin 2020, le conseil communal avait approuvé l’adhésion de la commune à la nouvelle Convention des maires pour le climat et l’énergie ainsi que le nouveau Plan d’actions en faveur de l’énergie durable et du climat (PAEDC). Le constat dressé sur l’entité mettait en évidence un point sensible. Pour Bernissart, 60 % des émissions de CO2 proviennent du domaine du transport. Ces chiffres datent de 2014 et la moyenne wallonne est de 35 % pour le transport, mais ces données relativement alarmantes pour la cité des iguanodons peuvent s’expliquer en partie par la présence d’un grand nombre de kilomètres d’autoroute sur le territoire. Le logement intervient, lui, pour 30 %. Bon point tout de même, de 2006 à 2014, les émissions de CO2 ont baissé de 3 % sur l’entité.

Bernissart désire œuvrer pour que son territoire devienne 100 % renouvelable à l’horizon 2050, autrement dit devenir une commune qui produirait toute l’énergie dont elle a besoin. Dans le cadre du PAEDC, la question du développement renouvelable opportun à Bernissart revient. L’APERe présentera ainsi lors d’une réunion prévue le 30 septembre les enjeux liés à la thématique du renouvelable sur le territoire et le lien avec l’engagement de Bernissart de réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030 (par rapport à 2006). La réunion se tiendra à la Maison rurale (Rue Emile Carlier 15 à Blaton) le 30 septembre à 19h30. Des scénarios filière par filière seront développés en sous-groupes et débattus ensemble, pour aboutir à une note de recommandations qui sera intégrée dans la suite de la concrétisation du Plan d’Actions Énergie/Climat.

"Ces séances seront prises en charge par l’APERe avec aussi une collaboration de la fondation rurale de Wallonie, explique Maud Wattiez (Ecolo), échevine de l’environnement. L’objectif est clairement d’amener le plus grand nombre à une prise de conscience à propos du dérèglement climatique. Mais le but de ces séances est aussi d’être à l’écoute des citoyens, de leurs idées, de ce qui peut être mis en place à une échelle comme l’entité de Bernissart. A ce sujet, si on la compare à d’autres communes de taille semblable, Bernissart est même en avance puisque nous avons en quelque sorte fait office de commune pilote. L’APERe a élaboré un plan d’actions alors que beaucoup de communes ne sont pas encore au stade de la rédaction. Chez nous, le plan est déjà rédigé et on peut donc même envisager de passer à la mise en œuvre."

Sur quels aspects le simple citoyen peut-il agir ? Et la commune ? Ces sujets seront débattus lors de la séance. "Si chacun d’entre nous travaille à réduire sa propre consommation d’énergie, ce sera déjà bien. Comment ? En réduisant ses trajets par exemple. Tous les citoyens ne sont pas sensibles à cette thématique, mais si on peut déjà en toucher un maximum…La commune doit aussi se montrer exemplaire en la matière, nous le savons."