Déjà célèbre pour ses limitations de vitesse, l’installation de radars tronçons ou encore le passage des camions ayant créé la polémique, la N527 va encore gagner en popularité : une librairie porte désormais son nom.

Située le long de la chaussée de Brunehaut à Ellignies-Sainte-Anne et ouverte depuis ce samedi, la Librairie N527 est la concrétisation du projet d’Ali et Alex, alias Alison Verbeck et Alexandre Defossé.

Alison habite à Ellignies-Sainte-Anne depuis longtemps tandis qu’Alexandre a des origines poipoines. Bref, des gens du cru. "Ce projet de librairie, nous l’avions en tête depuis un moment déjà ", explique Alexandre.

Ils ont d’ailleurs intégré cet espace à leur nouvelle construction, en haut de la butte d’Ellignies. Ils ont déménagé à cet endroit il y a quelques mois.

" Nous voulions lancer ce projet pour qu’il y ait un commerce en plus sur Ellignies, tourné vers le service à la clientèle, poursuit Alexandre. Nous faisons librairie, papeterie, loterie, tabac, la confiserie et les boissons. Nous aurons aussi un service de photocopies et bientôt un point relais."

L’ouverture était prévue plus tôt mais, confinement oblige, elle a été retardée, ce qui, quelque part, a laissé le temps à Alison et à Alexandre de peaufiner leur espace. Ils commencent donc cette aventure dans un contexte particulier lié à la crise sanitaire.

"Mais nous n’avons pas trop d’appréhension, assure Alison. En plus, les travaux qui nous faisaient un peu peur le long de la N527 ont été achevés plus vite que prévu."

La clientèle ciblée oscillera entre les personnes du village et des environs ainsi que les gens de passage puisque cet axe, qui relie Grandglise à Irchonwelz, est fort fréquenté. D’ailleurs, le nom de la librairie s’est imposé assez facilement.

"Dans notre publicité, effectuée dans les alentours, nous avons indiqué que les clients ne devaient pas hésiter à nous dire ce qu’ils aimeraient trouver comme service dans leur librairie. Nous essaierons dans la mesure du possible de répondre à leurs attentes", avance Alison.

Durant la nuit de vendredi à samedi, Alexandre n’a pas vraiment trouvé le sommeil. Sans doute le stress du premier jour.

"À 2 h, j’étais débout. J’en ai profité pour placer les marchandises en rayon. Je me demande si je ne vais pas installer une tente dehors, sur les graviers, pour attendre le livreur tous les jours", dit-il en riant.

Rendez-vous sur la page Facebook Librairie N527.