Les gobelets réutilisables n’étaient pas de mise au bal du carnaval : polémique.

Les gobelets réutilisables, un sujet en vogue. Olivier Destrebecq (Pour l’avenir) n’a pas manqué de titiller l’échevin des Festivités, Anthony Basilico (L’Essentiel), à propos du dernier bal du Carnaval de Basècles lors duquel des gobelets jetables en plastique ont été utilisés.

"Lors du conseil du 21 août, vous aviez déclaré ceci : ‘Quand on voit les milliers de verres à usage unique qui sont ramassés à la fin des festivités, c’est désespérant. Pour le bal des soumonces du carnaval, par exemple, on doit se situer entre vingt et trente sacs-poubelle remplis de gobelets.’ Vous aviez laissé sous-entendre aux membres du conseil communal que les gobelets seront très utiles et utilisés lors de manifestations comme celle-là."

1 150 entrées

Olivier Destrebecq rappelle que le 22 janvier, "le collège était revenu avec une modification du règlement n’imposant plus de recourir, pour le lavage et le séchage des gobelets, à une société désignée par le collège mais laissant le libre choix aux emprunteurs de confier cette tâche à une société spécialisée. J’avais alors mis l’accent sur les normes d’hygiène à respecter".

Le conseiller s’interroge. Pourquoi les gobelets n’ont-ils pas été utilisés lors du bal des soumonces, samedi ? "S’ils ne sont pas utilisés pour cet événement, je me demande bien pour quel autre ils le seront ? 1 150 entrées samedi, cela fait plusieurs milliers de gobelets utilisés… Vous aviez là une occasion unique de marquer le coup. Nous ne mettons pas en cause les organisateurs de samedi soir car renseignements pris auprès d’eux, votre procédure n’apporte pas les garanties suffisantes pour l’utiliser ! Interpellant ! Nous craignons que vos gobelets ne soient pas utilisés par le milieu associatif qui, soit procédera à l’acquisition de ses propres gobelets ou passera par une filiale annexe, le marché d’Ipalle par exemple, offrant toutes les garanties nécessaires."

Procédure complexe ?

En 2021, l’Union européenne bannira l’utilisation des gobelets jetables. "Mais je ne peux pas imposer aux organisateurs le recours à des gobelets réutilisables tant que la loi n’est pas d’application, assure Anthony Basilico. OK, c’est un gâchis écologique. Les organisateurs du bal m’ont assuré que les déchets avaient été traités par une firme spécialisée. C’est déjà un geste."

Le bourgmestre, Luc Vansaingèle (PS), a semblé agacé par une phrase de l’interpellation. "Vous dites : votre procédure n’apporte pas les garanties suffisantes pour l’utiliser ! Qu’entendez-vous par là ?"

Olivier Destrebecq a répondu qu’un des organisateurs avait dit que la procédure était complexe.

L’échevine Alicia Vandenabeele (PS) est montée au créneau. "Une association de parents d’une école a bien fait la demande pour utiliser ces gobelets. Je ne vois pas en quoi d’autres organisateurs ne seraient pas capables de le faire."

Luc Vansaingèle souligne aussi que l’organisation du bal était fixée depuis plusieurs mois déjà et qu’il était trop tard pour que les organisateurs changent leur mode de fonctionnement, d’autant que la procédure n’est pas encore obligatoire.

Pour Bastien Marlot (Pour l’avenir), "on promet beaucoup de choses et on ne tient pas ses engagements. D’autres gros événements régionaux ont déjà pris le pli de faire appel aux gobelets d’Ipalle. Oui, le système fonctionne et apporte les garanties nécessaires, surtout au niveau du nettoyage."