Beloeil - Péruwelz - Leuze Maxime Dangreau se lance dans l’Horeca, sur ses terres.

Il faut aller au bout de ses rêves. Dans quelques jours, très exactement le 9 novembre, Maxime Dangreau va faire le grand saut. À seulement 18 ans, il a décidé de se lancer dans une sacrée aventure : reprendre, à deux pas de la basilique de Bon-Secours, l’établissement Le Napoléon.

"Mes parents ont tenu le café mais ils ont dû stopper parce qu’ils n’avaient plus le temps de s’y investir en raison d’autres activités", confie Maxime.

"Il est fermé depuis trois ans. Dès que j’ai eu ma majorité, j’ai eu envie de reprendre la brasserie. L’école, je n’aimais pas vraiment ça. Longtemps, les gens ont connu Le Napoléon comme un établissement phare ici à Bon-Secours. J’avais envie de faire revivre cet endroit et d’y apporter ma touche."

Tout le monde sera le bienvenu au Napoléon nouvelle formule, mais Maxime ne s’en cache pas, il vise aussi et essentiellement une clientèle jeune. "Il n’y a pas des tas d’endroits où les jeunes peuvent sortir et aller prendre un verre le week-end sur l’entité", estime Maxime. "C’est pourquoi je veux leur proposer de venir ici. Je vais aussi faire de la petite restauration et j’aimerais mettre en place un service de livraison de sandwichs aux entreprises, pour que les gens ne soient pas obligés de sortir pour se restaurer le midi. Ce service, ce sera pour 2020."

Originaire de Bon-Secours, Maxime y habite et a connu les grands moments festifs sur la cité de la Butte quand il était tout petit. "Je me souviens qu’il n’y avait plus moyen de se garer nulle part tellement il y avait du monde."

Comme beaucoup , il observe la fermeture au fil des ans de nombreux commerces et établissements Horeca à Bon-Secours. Mais selon lui, la clientèle potentielle existe. "Pour moi, c’est une fierté de reprendre le flambeau."

Le jeune homme s’est très vite lancé dans la vie active puisqu’il travaille déjà dans le secteur du chauffage sanitaire. Et afin de multiplier les cordes à son arc, Maxime continue aussi à suivre des cours du soir en soudure. "Un métier comme celui de chauffeur poids lourds pourrait aussi m’intéresser."

Il évaluera sa situation en temps voulu en fonction du succès rencontré par son établissement.

Maxime compte donc ouvrir le 9 novembre.

"Une fan zone pour l’Euro pour la bonne cause"

Maxime va aussi créer un nouveau club de supporters des Diables.

La réaction de ses parents à propos de sa volonté de se lancer dans la reprise d’une brasserie dès à présent a été à double sens. "Ma maman n’était pas d’accord au départ et elle ne l’est d’ailleurs toujours pas. En revanche, mon papa est content. Il trouve que j’ai de bonnes idées", confie Maxime avec le sourire.

Et des projets, le jeune homme n’en manque certainement pas.

Il compte, par exemple, créer à partir de son établissement un club de supporters des Diables rouges. "Nous sommes en train de le lancer et je précise au passage que les bénéfices dégagés suite aux activités de ce club de supporters seront reversés à une organisation bien connue qui récolte des fonds au profit des personnes handicapées et en difficulté. J’ai déjà eu un contact avec une représentante de l’organisation pour mettre tout ça au point", explique le jeune homme. Et ce n’est pas tout. Dans l’optique du prochain Euro de football, qui aura lieu l’été prochain, Maxime Dangreau souhaiterait, avec la collaboration des cafés du coin, mettre en place une fan zone du côté de la plaine des Sapins à Bon-Secours.

Le projet suit son cours. "J’ai bientôt un rendez-vous avec les autorités communales. Nous voulons monter un dossier bien ficelé", assure Maxime.

En attendant l’ouverture du 9 novembre, Maxime Dangreau a bien entendu utilisé différents supports de communication pour faire de la publicité pour son établissement, dont les réseaux sociaux, évidemment.

"Le bouche-à-oreille va aussi fonctionner et nous allons également placer des stickers sur la façade pour annoncer l’ouverture."

Bref, il n’y a plus qu’à...