La validité des chèques Covid de 15 € a été prolongée, pour l’instant, jusqu’à la fin du mois d’août sur Péruwelz.

"Plus de 7500 chèques de 15 € ont été édités, a indiqué le bourgmestre, Vincent Palermo. Au budget, en décembre dernier, nous avions inscrit la somme de 112 500 €. Il y a 44 commerces qui participent à l’opération et 5691 personnes ont déjà retiré leur chèque. 2815 chèques ont été utilisés en 2020, soit un montant de 42225 € et pour 2021, 731 chèques ont été utilisés pour une somme de 10965 €. Au total, 53190 € ont déjà été dépensés, soit la moitié du budget. Il y a encore 2145 chèques à retirer. Venez les chercher ! Cette opération est faite aussi bien pour les citoyens que pour le secteur de l’Horeca qui va pouvoir reprendre via des terrasses le 8 mai. Elle sert aussi aux autres commerces. C’est un coup de pouce pour eux."

Willy Detombe (RPP) a souhaité savoir si la majorité comptait mettre en place d’autres mesures par rapport aux terrasses. Il a aussi demandé combien de commerçants prenaient part à l’opération chèques. "Nous avons une proposition à faire qui ne coûtera pas grand-chose. Via le Rond’eau des sources, vous disposez de nombreux chalets. Pourquoi ne pas les installer sur la Grand-Place ou dans d’autres endroits ? Je pense à la plaine des Sapins. On créerait ainsi un village des commerçants locaux pour une période déterminée, de mi-mai à mi-juin. La mise à disposition se ferait gratuitement. Elle permettrait aux commerçants de l’Horeca qui ne disposent pas de terrasse de pouvoir reprendre une activité, le tout dans le respect des mesures sanitaires. On pourrait y inclure Arrêt 59 avec des activités culturelles. Avec un peu d’imagination, de créativité et avec peu de moyens, nous pourrions rendre un peu de baume au cœur à nos commerçants locaux."

Vincent Palermo a réagi. "Entre 300 et 400 invitations sont lancées à travers chaque mailing, a fait remarquer le bourgmestre. Et nous avons déjà réuni 5 fois les commerçants. Cette demande concernant les chalets n’est pas apparue. Placer des chalets implique la nécessité d’une surveillance pour éviter les vols et en plus, les cafetiers ne veulent pas forcément se déplacer. Ce qu’ils souhaitent, c’est qu’une place de parking soit mise à leur disposition devant chez eux pour pouvoir installer une terrasse."

"Ils veulent juste travailler"

Jimmy Ababio (PS) se demandait si la place Deflinnes ne pouvait pas être mise à disposition des trois ou quatre commerçants des environs pour y installer des terrasses. "Mais comment vont-ils s’organiser et partager l’espace ?", se demande Vincent Palermo.

Quoi qu’il en soit, le bourgmestre a assuré que des barrières Nadar seront installées pour sécuriser les terrasses et que la police passera voir si tout se passe bien.

En réponse à Dimitri Kajdanski, le bourgmestre a signalé que 18 personnes avaient pris part à la dernière réunion des commerçants. "C’est peu", selon le conseiller socialiste.

"Mais ce que les commerçants veulent avant tout, c’est travailler", a dit le bourgmestre.