Un hommage a été rendu au bourgmestre honoraire de la ville de Péruwelz, Roger Henneuse, à l'entrée du parc communal, suite à son décès survenu la semaine dernière.

Plusieurs mandataires sont intervenus : le bourgmestre, Vincent Palermo, le président francophone de la Cour constitutionnelle, François Daout, le président du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte et la conseillère communale et provinciale Nathalie Deplus. Une minute de silence a été observée et la Brabançonne a retenti.

Roger Henneuse, qui allait fêter ses 78 ans, avait été bourgmestre de Péruwelz de 1988 à 1994. Il avait également été sénateur et président francophone de la Cour constitutionnelle (ex Cour d’Arbitrage).

Nathalie Deplus a été sa collaboratrice et était restée proche de Roger Henneuse et de sa famille. Elle s’est d’abord exprimée au nom du groupe socialiste, retenant de lui "ses grandes facultés d’écoute, d’empathie, son profond humanisme, son indéfectible esprit de solidarité et de fraternité. Il a exercé ses divers mandats avec grande intégrité, humilité et discrétion. Il a toujours mis son intelligence et sa sagesse au profit de notre commune et de notre région. Régent scientifique de formation, il a été professeur durant 20 années à l’athénée royal de Péruwelz et ensuite directeur du Lycée. Roger a milité très tôt au sein du parti socialiste, ayant adhéré au PSB au lendemain de la grève wallonne contre la loi unique en 1961. Il s’insèrera facilement dans le groupe socialiste existant et animera vite la section PS de Bury qui sera très active."

Successivement conseiller communal (1977), conseiller provincial (1981), sénateur provincial du Hainaut (1988), premier bourgmestre socialiste d’après fusion des communes (1989), sénateur et membre du Parlement wallon (1992), Roger Henneuse a eu une carrière politique bien remplie.

"Il a aussi été membre du comité fédéral et du bureau national du Parti, a rappelé Nathalie Deplus. Ses grandes fiertés resteront sans doute la création de l’actuel Parc Naturel des Plaines de l’Escaut, l’obtention des fonds TGV et de son passage en déblais, la création de la Mission Locale pour l’Emploi, les prémices d’une nouvelle dynamique en matière d’aide sociale et d’accueil de la petite enfance, l’obtention de nombreux subsides pour une politique créatrice en matière de logement et d’aménagement du territoire, la relance de l’enseignement, le fait que la commune deviendra lauréate de l’opération 1000 communes pour l’environnement européen, une attitude avant-gardiste pour l’époque, le vote des lois réformant la Belgique en État fédéral et sans doute bien d’autres."

Considéré comme modéré, rassembleur et calme, Roger Henneuse possédait une voix permettant d’apaiser les débats.

"Il terminera sa carrière professionnelle en apothéose en abandonnant tous ses mandats politiques en 1995 pour devenir juge à la cour d’Arbitrage, devenue Cour institutionnelle depuis, dont il deviendra président de la chambre francophone en 2010, a aussi souligné Nathalie Deplus. Il aura sans doute marqué certains d’entre vous qui l’ont connu comme régent en sciences-géo, comme directeur du Lycée d’Etat de Péruwelz ou durant son mandat de bourgmestre. Il est toujours resté simple, à l’écoute et disponible."

Grand homme

Nathalie Deplus a aussi abordé un aspect plus personnel. "Une grande tristesse m'a envahie à l’annonce de ton décès. Tu étais pour moi une personne très importante, un modèle, un exemple, un être exceptionnel, rassurant, posé, toujours de bon conseil. Tu m’as beaucoup appris et apporté professionnellement, personnellement et politiquement. J’ai fait mes armes avec toi comme secrétaire parlementaire. C’était mon premier emploi, des années marquantes et enrichissantes de ma vie professionnelle. Je n’ai que de merveilleux souvenir de cette belle époque où tu formais, avec le collège, une fameuse équipe ! Je me dois aussi de relater le soutien exceptionnel de ton épouse Anne-Marie, que j’aimais également profondément, et qui est partie elle aussi beaucoup trop tôt. Nous avons tissé ensemble des liens indéfectibles. Notre collaboration s’est terminée en 1995 mais jamais nous ne nous sommes perdus de vue. Tu as toujours été là pour moi et tu avais à cœur de partager ton savoir et de me prodiguer tes conseils lors des campagnes électorales ou à tout autre moment de ma vie personnelle, encore lors de ma candidature et de mon élection comme conseillère provinciale en 2018, mandat que j’exerce après toi dans le même respect de la fonction. Pour tous ceux qui te connaissaient bien, nous perdons un ami véritable, un être exceptionnel, un grand homme."

© Ville Péruwelz

© Ville Péruwelz

© Ville Péruwelz

© Ville Péruwelz