Le personnel des structures de la petite enfance avait décidé d’exprimer son ras-le-bol ce jeudi. Manque de moyens, de reconnaissance, absence de priorité concernant la vaccination : telles étaient les revendications du personnel des crèches.

C’est ainsi que plusieurs puéricultrices ont manifesté ce jeudi dans le centre de Péruwelz pour dénoncer une situation qui leur semble tout à fait paradoxale. Les crèches doivent rester ouvertes alors que dans l’enseignement, les maternelles comme les primaires sont à l’arrêt. En plus, les puéricultrices ne sont pas prioritaires pour la vaccination alors qu'elles sont pourtant en première ligne. Trop c’est trop.

Puéricultrices en colère, dès lors…comme affiché sur leur slogan.