Impacté lui aussi par la crise sanitaire, le secteur culturel n’en demeure pas moins actif et tente de trouver la parade à cette morosité ambiante en continuant à mener des projets.

C’est ainsi que des artistes et des créateurs ont été sollicités par Arrêt 59, le foyer culturel de Péruwelz, afin de prendre part à l’organisation d’un parcours artistique en ville.

"Depuis novembre, l’équipe travaille à la mise en place d’un projet que nous serons à même de concrétiser, sans tabler sur des peut-être, indique Julie Dechamps, directrice d’Arrêt 59. Nous sommes donc partis sur un concept qui pouvait s’accommoder des mesures sanitaires en vigueur, à savoir proposer un parcours artistique en extérieur, en permettant donc aux gens de sortir et en apportant des choses gaies et positives. Ce parcours sera accessible du 21 mai au 10 septembre."

La promenade sera agrémentée d’œuvres disposées en plusieurs endroits du centre-ville. "Des installations scénographiques et plastiques aussi sont prévues en lien avec l’environnement, le paysage, le patrimoine. Nous avons ciblé certains endroits. Il y aura par exemple quelque chose dans le parc, poursuit Julie Dechamps, sans trop en dire. Nous proposerons un parcours à suivre mais chacun sera libre de commencer et de finir où il veut. Nous avons contacté des artistes disposés à investir ces lieux."

Entre mai et septembre, la situation sanitaire aura, espérons-le, évolué. Ce parcours artistique aura aussi pour but de remettre de la vie en ville, de recréer du lien. "Si jamais d’ici là le secteur Horeca peut reprendre ses activités avec les beaux jours qui vont arriver, ce sera aussi l’occasion de s’arrêter et de prendre un verre durant le parcours, assure Julie Dechamps. Soyons optimistes. Quoi qu’il en soit, notre équipe est très motivée par ce projet. Il devrait y avoir une dizaine d’œuvres mais au fur et à mesure, il n’est pas impossible que des créations viennent s’ajouter."

Une exposition à ciel ouvert accessible 7 jours sur 7, des œuvres qui surgissent au coin de la rue : par les temps qui courent, ça devrait faire du bien !