Il y a quelques semaines, les responsables de la brasserie Dubuisson avaient déjà fait part de leur mécontentement concernant les inégalités en matière de mesures d’aides entre les Régions.

Toujours dans la même optique, la brasserie Dubuisson et ses partenaires (Distri-Boissons, Brasse-Temps, Troll & Bush, Moresto) passent à l’action afin de mettre fin à ces inégalités consécutivement à la décision fédérale de fermeture du secteur de l’Horeca. Les différentes sociétés ont ainsi décidé de mettre le Gouvernement fédéral en demeure.

"La situation ne peut plus perdurer pour le secteur. Le 24 février, la brasserie Dubuisson adressait un courrier à destination de nos gouvernements par l’intermédiaire de la presse pour dénoncer les inégalités flagrantes entre les aides octroyées au nord et au sud du pays. Depuis lors, ces inégalités persistent et rien n’indique que les politiques d’aides vont être alignées entre la Région flamande, la Région bruxelloise et la Région wallonne, indique le communiqué. C’est pourquoi la brasserie Dubuisson et ses partenaires ont décidé de passer à la vitesse supérieure en mettant le Gouvernement fédéral en demeure."

La décision émane de l’ensemble des activités liées au secteur de l’Horeca, à savoir la production (SRL Brasserie Dubuisson), la distribution (la SC Distri Boissons) ainsi que les établissements Horeca (La SA Moresto, SA Brasse-Temps Diffusion, SA Brasse-Temps Tournai, SRL Trolls & Bush).

Dans la mise en demeure adressée à l’Etat, les sociétés dénoncent dans un premier temps la totale inaction du gouvernement en vue de compenser les pertes qu’une telle fermeture impliquait. "Au-delà de l’absence totale de mesure prise par l’entité fédérée, c’est aussi la gestion de crise que les partenaires pointent du doigt. L’Etat fédéral a laissé l’initiative des mesures d’aides aux Régions, sans aucun garde-fou ni restriction permettant de garder le bon équilibre dans le marché unique belge, allant ainsi à l’encontre de l’article 6 de la loi spéciale de réformes institutionnelles du 8 août 1980 imposant à l’Etat fédéral et aux pouvoirs fédérés de préserver en toutes circonstances l’union économique et l’unité monétaire du pays."

Les partenaires s’adressent donc à l’Etat fédéral par l’intermédiaire de sa ministre de l’intérieur, Annelies Verlinden, pour prendre d’urgence les mesures nécessaires afin d’assurer l’équité entre les entreprises situées dans les différentes régions du pays. "Si rien n’est entrepris dans les prochains jours, les partenaires saisiront les juridictions compétentes afin de faire valoir leurs droits."