Lionel Lefebvre a ressenti un gros pincement au cœur suite aux dégâts au Gros Tilleul.

Plus qu’un symbole. Une référence historique. Et, pour certains, un endroit chargé de souvenirs. Le Gros Tilleul de Braffe n’a pas résisté aux caprices de la tempête Ciara. L’arbre tricentenaire a trinqué.

De quoi attrister les anciens mais également des jeunes pour qui ce tilleul représentait vraiment quelque chose. C’est le cas de Lionel Lefebvre, 31 ans.

"J’ai ressenti un gros pincement au cœur. J’ai habité Wasmes-Audemetz-Briffœil, village voisin de Braffe, pendant 20 ans. Et j’avais beaucoup d’amis à Braffe, explique Lionel. Des souvenirs au pied de cet arbre, j’en ai des tas. À l’époque, nous y passions nos soirées d’été. Nous nous donnions rendez-vous au pied du tilleul entre amis et nous y passions parfois des nuits blanches."

Le Gros Tilleul constitue aussi aux dires de Lionel un endroit de passage apprécié des marcheurs. "Il fait partie d’un triangle, sorte de tiercé touristique, avec le château de Braffe et la tour de Briffœil."

Et puis, évidemment, le Gros Tilleul est aussi un lieu chargé d’histoire. "Il a servi de point de référence à la résistance durant la Deuxième Guerre mondiale pour les parachutages de vivres et d’armes. C’est donc un grand témoin de ce conflit."

En remontant plus loin encore, on se rappellera que le Gros Tilleul aurait abrité des soldats en 1745 lors de la bataille de Fontenoy.

"C’est l’emblème de tout un village, s’exclame encore Lionel Lefebvre. Ce n’est pas la première fois qu’il est malmené. Enfin, cette fois, il est bien amoché quand même."

Fameuses ressources !

En 2011, le Gros Tilleul avait été touché par une mini-tornade. Mais il possède, paraît-il, des ressources insoupçonnées. C’est la raison pour laquelle Lionel veut rester optimiste. "Il n’est pas impossible qu’il se régénère une fois de plus. Il s’est déjà remis à plusieurs reprises de ses blessures, alors…"

Geoffrey Devaux