Le collège ne veut pas imposer de société attitrée.

En août dernier, la commune de Belœil avait décidé d’acheter 5 000 gobelets réutilisables à destination des organisateurs de festivités. La majorité est revenue sur un point de règlement, souhaitant abandonner le recours à un marché public pour désigner quelle société allait laver et sécher les gobelets. "Nous laissons donc aux organisateurs la possibilité de trouver la société spécialisée de leur choix" , a confié Anthony Basilico (L’Essentiel), échevin des Festivités.

Luc Vansaingèle a précisé que cette mesure avait été décidée après discussion avec quelques organisateurs. "Il s’agit d’un geste écologique car si nous avions désigné une société de Tournai par exemple, tous les organisateurs auraient dû courir à Tournai et donc effectuer des kilomètres supplémentaires. S’ils sont pieds et poings liés à une société éloignée, ça ne va pas."

Pierre Marie Sprockeels n’est pas rassuré. "Est-on certain que le lavage sera bien fait ?"

Olivier Destrebecq (Pour l’avenir) souligne qu’il faut faire attention. "J’ai pris contact avec l’Afsca et il y a des normes à respecter. Il faut donc faire appel à une société spécialisée pour s’assurer que tout sera bien désinfecté, afin qu’on n’attrape pas une gastro à chaque festivité. La priorité, c’est que les gobelets soient rendus secs. Et il faut aussi veiller à ce que les gobelets soient remis dans les temps. Je peux vous donner une convention bien faite émanant de Louvain-la-Neuve, un endroit où on sait faire la fête."