Beloeil - Péruwelz - Leuze

L’équipe de l’école de Roucourt a initié cette démarche de réflexion autour de l’enseignement.

"Dans l’entité, les conditions sont réunies pour effectuer un tel travail, indique Bruno Humbeeck. Le triangle magique est là. Il faut une intention politique, la mobilisation des acteurs de terrain et une implication scientifique. Je n’irai pas dans les écoles pour recueillir les plaintes ou donner des leçons. Le but sera d’écouter, d’accompagner. Avec les gens de Roucourt, nous n’avons jamais parlé de moyens. Les solutions peuvent être trouvées dans l’école, sans dépenser 1 euro."

À Roucourt, la venue de Bruno Humbeeck a été perçue comme un signe de soutien. "Nous avions envie de mettre en avant le potentiel de l’école, qui manque de visibilité. Nous sommes parvenus à stabiliser le nombre d’élèves mais nous sommes toujours en recherche, indique le directeur, Thomas Savalli. Ici, nous accueillons pas mal d’enfants en difficultés scolaires. Des techniques pédagogiques sont mises en place pour que les petits puissent aller le plus loin possible. On ne lâchera jamais les enfants. Les parents le savent."

Les deux écoles les plus proches du futur Polaris sont celles de Bury et de Roucourt. Pas impossible donc qu’elles perçoivent des retombées positives quand le zoning sera là.

"Nous voulons mettre en place un enseignement avec une vision pour les 15 ans à venir. Nous présenterons aussi bientôt notre approche de la petite enfance", assure Vincent Palermo.