Rénovation de la buvette et nouveaux vestiaires : voilà entre autres les investissements envisagés sur le site de la Porte à Camp à Basècles. La commune est propriétaire et l’ASBL RUS belœilloise occupe les lieux. Une convention d’occupation doit être signée puisque l’actuelle concernait l’ancienne ASBL.

Bastien Marlot (Pour l’avenir) se demandait si une concertation a eu lieu avec le club. "Il y a eu des réunions sur le sujet et nous avons tenu compte des remarques", a répondu le bourgmestre, Luc Vansaingèle (PS).

"Si je comprends, le point est voté en conseil communal et ensuite, vous irez voir le club pour qu’à son tour il signe la convention, a dit Bastien Marlot. Pour qu’une convention puisse être effective, il faut la signature des deux parties."

C’est le souhait du bourgmestre. "En espérant que le club puisse admettre la signature telle quelle pour ne pas freiner l’évolution du dossier. Mais y a-t-il des éléments qui vous choquent ?"

Bastien Marlot a repris la balle au bond. "Sous mon échevinat, il y a eu d’importants travaux à Thumaide dont deux associations ont profité, le foot et le club colombophile L’Hirondelle. Sous l’échevinat de Christian Vandeputte, il y a toujours eu un dialogue constructif, donc je suppose que dans ce cadre-ci nous sommes dans le même état d’esprit, à savoir obtenir un consensus. Sur le contenu de la convention, c’est à l’ASBL de s’exprimer. Mais soyons cohérents. Ce qui est repris dans cette convention doit être envisagé pour d’autres clubs."

Luc Vansaingèle confirme. "C’est le cas avec d’autres conventions où différentes remarques ont été émises concernant la présentation des comptes, l’utilisation rationnelle de l’énergie et le respect des infrastructures. La convention dont il est question ici a été mûrement réfléchie. Il faut aussi tenir compte des exigences de la Région wallonne. Si le club n’adhère pas, ça peut être préjudiciable pour le dossier des nouveaux vestiaires."

Après cet échange verbal, la convention a été acceptée… à l’unanimité !

Une autre convention était à l’ordre du jour, celle d’octroi d’une subvention à l’ASBL RUS belœilloise pour les travaux de la Porte à Camp. Elle a aussi été adoptée à l’unanimité. Les travaux seraient subsidiés à 75 % par Infrasports, la commune finançant le solde à concurrence de 25 % du montant des travaux HTVA avec un maximum de 200 000 €, montant qui, comme le dit le bourgmestre, justifie la convention d’octroi de subvention et donc la convention d’occupation.

Contacté, Pierre Laurent, président d’honneur du club, ne veut pas mettre d’huile sur le feu mais dresse un constat. "Entre la commune et le club, la confiance n’est pas de mise, me semble-t-il. Je crois aussi que la Région wallonne exige des garanties de la part de la commune. Une convention, il en faut une. Ce qui est le plus contraignant ici, c’est qu’on fait peser une responsabilité privée sur les bénévoles. Que l’ASBL soit responsable, d’accord, mais pas le bénévole. Si la commune ne fait pas confiance et qu’elle veut toutes les garanties, alors qu’elle gère le club. Je n’ai pas de problème avec ça."