Sabrina Delgutte estime qu’un grand poids pèse sur les associations pour chats.

Sabrina doit parfois et même souvent agir dans l’urgence. Comme dans ce cas où un berger allemand avait été aperçu sur la voie publique.

"La police avait été appelée mais le chien n’était pas pucé. Au final, c’est moi qui ai dû le prendre dans ma voiture pour le ramener à bon port. Je roulais à une main et je tenais le chien avec l’autre. Quand on y pense, ce n’est pas normal que ce soit moi qui agisse à la place des pouvoirs publics. Je ne comprends pas. En pareil cas, je préviens ensuite la SPA pour dire que l’animal est dans le casier d’accueil."

Si elle pouvait mettre en place immédiatement quelques mesures, Sabrina s’attaquerait directement à la problématique des chats errants. Elle en confie parfois aux associations.

"Mais les associations sont saturées. De toute façon, vous allez voir que cette problématique va grandir. Il y aura de plus en plus de chats errants. Je le constate. Et encore, au printemps, ce sera pire. Pourquoi n’y a-t-il pas de structures publiques à cet effet ? Il faut trouver une solution. Les politiques mettent ce point dans le budget, mais ce n’est pas normal que l’on propose que les associations fassent le travail. Encore une fois, elles sont débordées. C’est un peu trop facile. Je comprends que c’est un nouveau sujet mais il est temps d’agir. Et il n’y a pas d’associations pour chats à Péruwelz et la SPA de Péruwelz n’a pas de chatterie. Même si je sais que la SPA prend des chats qu’elle redirige vers les associations ensuite."

Sabrina Delgutte réalise aussi des prévisites pour le compte d’une association de Liège dans le but de voir si les familles qui désirent accueillir un animal ont le bon profil.

"Ce n’est pas une histoire d’argent. Je fais ça juste par amour des animaux. Je ne veux rien en retour. Et je le fais dans la mesure de mes possibilités au niveau de l’agenda."

Les gens l’interpellent. On l’identifie sur les réseaux sociaux. Mais pourquoi elle et pas quelqu’un d’autre ?

"Je pense que je suis efficace."

"Donnez-moi un bureau et un PC"

Sabrina fourmille de projets. Elle songe depuis longtemps à créer sa propre association. "C’est en cours. Les statuts vont partir prochainement."

Elle aimerait aussi lancer un salon du bien-être animal. Sabrina organise déjà un autre rendez-vous qui a trouvé son public : la fameuse chasse aux os. "Oui, ça marche bien."

Si elle entend donc lancer son association, Sabrina aimerait travailler à ce niveau avec la Ville de Péruwelz. Elle s’explique. "Le bourgmestre a le bien-être animal dans ses attributions. Mais, et ce n’est pas une critique, il manque de temps, mais, il peut déléguer."

Elle se verrait bien jouer un rôle et plaide pour la création d’une unité du bien-être animal dans la commune. "Donnez-moi un bureau, un PC, un téléphone et un véhicule adapté et je vais gérer. Il y a moyen de faire quelque chose au sein de la commune. Et encore une fois, je ne veux pas d’argent. On organiserait des permanences. Il faudrait un site internet, une charte."