Le comité est relancé et les bénévoles qui souhaitent l’aider sont les bienvenus.

Voici une nouvelle démonstration de la vie qui règne dans les villages. Ainsi, Brasménil s’amuse est en train de renaître de ces cendres… jamais vraiment éteintes. Un nouveau comité est en cours de formation sous la houlette de Justine Jaumot et de Céline De Sy-Landuyt.

Les Jeux de Brasmenix, événement phare de ce comité de village, avaient juste fait leur retour le temps d’un été, en 2017, avec une série de douze travaux à effectuer.

" Mes parents ont été à la base de la fondation de Brasménil s’amuse. Mais la principale difficulté consistait à trouver des bénévoles, indique Justine Jaumot. Aujourd’hui, mes parents ne désirent plus figurer dans le comité. Ils veulent bien continuer à donner un coup de main mais pas plus. Ils ont assez donné."

Justine avait déjà tenté de relancer le mouvement, en vain. Jusqu’à ce qu’un coup de pouce vienne tout changer. "Le directeur du Manoir du Ménil, maison de repos et de soins installée dans le village, m’a contactée pour que je reforme un comité avec son aide. L’idée, c’était que Céline et moi mettions en place des activités tandis que lui fournissait les infrastructures et la logistique. À partir de là, le projet pouvait se concrétiser."

Et c’est ainsi que quatre activités sont d’ores et déjà programmées pour 2020. La première, l’apéro des voisins, se déroulera en mai au Manoir du Ménil au moment de la fête des Voisins. "Ensuite, fin août, nous relançons une course de chaises roulantes. Et nous aurons aussi une marche Halloween et un marché de Noël."

Les Jeux plus tard

Les Jeux de Brasmenix, eux, nécessitent plus de fonds et l’achat de matériel. Ils ne figurent donc pas au programme mais seront probablement relancés dans les années à venir.

"Nous avons beaucoup d’idées. Le comité va être créé sous peu. Il devrait réunir dans un premier temps six ou sept personnes, ce qui est déjà bien pour un début. Autour, nous aurons besoin de bénévoles , assure Justine . Notre motivation est grande, d’autant que nous répondons ainsi à une demande, qui vient aussi bien de la population que des résidents du Manoir."