Sur tout le territoire touché par le projet d’Elia pour l’installation d’une nouvelle ligne aérienne haute tension, reliant les postes d’Avelgem et de Courcelles, c’est le non qui prédomine. Personne ne semble accepter ce projet tel qui l’est présenté.

Et la dérobade d’Elia face à ce front de contestation pour de sombres raisons de menaces sur son personnel semble faire sourire les contestataires. Placer une ligne telle qu’elle est présentée ne ravit guère ceux qui adorent notre paysage ou qui en défendent les intérêts. La nature, c’est aussi une richesse de notre territoire dont les habitants n’acceptent pas qu’il soit balafré.

Le Parc naturel du Pays des Collines tient aussi à réagir dans le cadre de la consultation citoyenne liée à la procédure de demande de révision du plan de secteur. Le Parc naturel du Pays des Collines est l’un des douze Parcs naturels wallons. Il couvre une superficie de 23.327 ha pour environ 27.500 habitants. Il regroupe les communes de Mont de l’Enclus, de Frasnes-Lez-Anvaing, d’Ellezelles, de Flobecq et trois villages de la commune d’Ath.

Les Parc naturels wallons sont des territoires ruraux qui jouissent d’un cadre de vie exceptionnel pour leurs richesses naturelles, paysagères et géographiques et qui sont pleinement inscrits dans le développement durable. En outre, ils bénéficient d’un statut reconnu par la Région wallonne et leur objet social est défini au travers du Décret wallon relatif aux Parcs naturels de 1985, tel que modifié en 2008.

"Ce Décret wallon précise qu’un parc naturel est un territoire rural, d’un haut intérêt biologique et géographique, soumis conformément au présent décret à des mesures destinées à en protéger le milieu, en harmonie avec les aspirations de la population et le développement économique et social du territoire concerné".

Le Parc naturel du Pays des Collines dispose d’un plan de gestion. "Il a été approuvé par le Ministre wallon de tutelle au moment de son renouvellement et dans lequel sont repris les orientations stratégiques, les objectifs stratégiques et opérationnels ainsi que les projets et les actions", avancent Baptiste Hottekiet, le directeur, et Michel Devos, le président.

"Une Charte Paysagère est en cours d’élaboration. C’est un document d’orientation et d’aide à la décision qui, outre une identification des aires et enjeux paysagers, servira notamment aux communes dans leur politique d’aménagement du territoire et de présentation des paysages. À la lecture des éléments de contexte institutionnel, il apparaît déjà très clairement que le projet susvisé rentre en totale contradiction avec l’essence même du Parc naturel du Pays des Collines".

Danger pour la santé

Le problème majeur est l’impact paysager qu’une telle ligne aura sur ce territoire. Et le PNPC d’ajouter que les effets sur la santé humaine dénoncés par plusieurs études scientifiques imposent le principe de précaution !

"Il n’est pas acceptable que la ligne de 150 kvolts soit enterrée avec en plus la ligne de 380 Kvolts aérienne sur pratiquement le même couloir… Les effets néfastes ont aussi été prouvés sur le bétail, les cultures,… La totale dépréciation de l’habitat soumis à ces infrastructures, qu’il soit isolé ou groupé est avérée"

Nos deux responsables du PNPC rappelent aussi que la France a légiféré pour interdire tous réseaux électriques traversant dans ses parcs naturels. Ces lignes sont obligatoirement enfouies.

"En ce qui concerne les effets sur le bétail et les cultures, plusieurs études et constatations démontrent des effets négatifs tels que : diminution de la production de lait, perturbations observables des animaux vivant à proximité des lignes HT et diminution du rendement des cultures. Les effets néfastes démontrés sur le bétail peuvent être étendus à la faune des plaines agricoles ouvertes".

Perte de valeur

Ce projet de ligne à très haute tension va directement à l’encontre de la politique de développement du patrimoine naturel prônée par le Parc naturel du Pays des Collines. "Ce genre d’infrastructure est incompatible avec un territoire reconnu pour ses qualités paysagères."

Le Parc rejoint aussi les contestataires lorsqu’il avance que même si la majorité de l’installation se trouve en zone agricole, des éléments bâtis isolés ou groupés seront surplombés par cette ligne, de nombreuses études semblent démontrer un impact non négligeable sur la santé humaine et que le principe de précaution prévaut.

Les habitants de cette région traversée émettent aussi des craintes sur les effets qu’aura cette ligne sur la valeur de l’habitat qu’il soit agricole ou non. "Il se verra fortement déprécié par l’installation de cette ligne à HT. On peut effectivement craindre un gros préjudice financier lié à la perte de valeur patrimoniale du bien immobilier", pointe le PNPC.

Celui-ci avance encore que le projet présenté par Elia "rentre en totale contradiction avec l’essence même du Parc naturel du Pays des Collines à la fois sur un plan institutionnel et opérationnel. Le projet porté par le Parc naturel du Pays des Collines s’inscrit dans le cadre d’un développement harmonieux et durable qui profite à ses forces vives au sein d’un territoire préservé où il fait bon vivre".

Le conseil d’administration du PNPC affiche donc son opposition totale à tout projet d’une telle ligne.

Y.B