"La loyauté est un défaut en politique". Ces mots sont d'Yves Willaert (PS), l’actuel bourgmestre de Celles qui perdra son écharpe tricolore le 7 juillet. Derrière des étiquettes politiques, il y a aussi des êtres humains avec leurs aspects positifs ou négatifs. À Celles, la motion de méfiance, qui conduira au changement de majorité et de bourgmestre ou d’échevin en juillet a touché profondément et humainement deux hommes, Yves Willaert et Pierre Lejeune.

Ce mercredi, ils se sont exprimés. La voix n’était pas celle du politique, mais celle d’hommes qu’un frisson de sentiment de trahison a fait vibrer.

Les deux mandataires ont le sentiment qu’un agenda caché, tant par le MR local que par le groupe Objectif citoyen servait de fil conducteur aboutissant à ce changement de majorité. Le ciel politique cellois n’est guère orageux que depuis la crise du COVID… Selon le PS (et sans préciser de date dans l’agenda), avait proposé au MR local de proposer un poste d’échevin pour calmer les blocages de la vie communale. Le PS affirme aussi que la même opposition l’avait contacté pour s’allier à lui pour écarter le MR secoué par une crise interne (conflit Pecquerau-Durenne).

On a appris aussi que le problème cellois avait aussi été évoqué dans d’autres sphères politiques, régionales ou nationales. L’électeur appréciera par cela la valeur qu’on accorde au geste auquel il est convié à poser tous les 6 ans au niveau communal…

De là à dépeindre ce scénario en termes de prostitution politique est un pas que nous ne franchirons pas…

La bonne gestion de la commune et l’intérêt général doivent rester logiquement le fil conducteur de toute action politique. Utopie?

La vie celloise de tout un chacun ne devrait guère changer ces prochaines semaines, car des dossiers en cours suivront leur bout de chemin administratif avec des fonctionnaires réceptifs ou non. Sauf si certains feux passent au… rouge selon le niveau administratif concerné. Après il sera temps en effet de se poser des questions.

Ce mercredi, les “déchus” mentionnaient les mots trahison et ambitions égocentriques, tout en mettant en exergue le conseiller MR Michel Dubart, un “ancien” de Celles 2000 (composé de MR et PS) qui avait participé au renversement de majorité en 2000 (Le PSC avait perdu sa majorité) pour sa décision de ne pas participer à ce putch.

Sans sa démission, cette motion conduisant au changement de majorité n’aurait pu être déposée.

Mais c’était probablement retarder une échéance que le PS estime programmée depuis près d’un an.

A lire aussi l'article ci-dessous.