Tournai-Ath-Mouscron

Avec l’âge et les problèmes qui en découlent, nos grands-parents doivent tôt ou tard se résoudre à partir vivre en maison de repos. Voici bientôt vingt ans, Serge et Valérie Luycx ont imaginé d’ouvrir une structure d’accueil un peu similaire dans son concept pour les animaux de compagnie vieillissants n’ayant plus aucune chance d’être adoptés.

Après avoir démarré leurs activités dans la région de Charleroi au début des années 2000, les fondateurs de l’ASBL Les Petits Vieux ont eu l’opportunité d’acquérir et de transformer sept ans plus tard en refuge animalier une ancienne ferme située à Tongre-Saint-Martin (Chièvres).

Perdue au milieu des champs, ce qui fut jadis une exploitation agricole est devenue un home 5 étoiles pour de nombreux chiens et chats qui disposent de tout le confort nécessaire pour y faire de… vieux os !

Ce refuge unique en son genre affiche complet douze mois par an, hébergeant au total 54 toutous et 78 matous dont l’âge oscille entre 10 et 17 ans.

"En moyenne, nous enregistrons chaque jour entre dix et quinze nouvelles demandes impossibles à satisfaire. Nous limitons volontairement la capacité d’accueil afin de garantir à chaque pensionnaire toute l’attention et l’affection dont il a besoin jusqu’à la fin de sa vie", confie Valérie Luycx.

Agréé par le ministère du Bien-être animal, l’établissement qui n’a rien d’une pension ne manque pourtant pas d’espace et s’étend désormais sur deux hectares de terrain. Ici, les animaux ne séjournent pas derrière des barreaux mais en liberté et en communauté dans des habitats comparables à celui des humains.

Une grange aménagée en loft chauffé abrite les représentants de la gent canine.

Ces derniers ont à leur disposition des canapés, des fauteuils, des paniers ou encore des couvertures tout en pouvant gambader librement sur 50 ares de prairie.

Quant aux chats, ils occupent des chalets en bois remplis de ballots de paille propices à la sieste et bénéficient à l’extérieur d’un espace clôturé de 1,5 hectare répondant au nom de Félinecity !

"Depuis 2016, nous avons aménagé des seigneuries offrant aux spécimens sous traitement médical ou fragilisés par un handicap un environnement plus calme à l’écart de leurs congénères bien portants."

Avant de concrétiser leur projet, Valérie et Serge ont travaillé bénévolement dans différents refuges et chenils plus traditionnels tout en adoptant des quatre pattes en quête d’une nouvelle famille.

Le refuge a fidélisé 2.500 membres

"Nous avons constaté que lorsqu’un animal prend de l’âge, ses chances de retrouver de nouveaux maîtres s’amenuisent. Les candidats à l’adoption espèrent, en effet, garder le plus longtemps possible le chien ou le chat sur lequel ils ont flashé. Leur crainte est de s’y attacher et de le perdre trop rapidement ou encore de devoir engager des frais de vétérinaire conséquents", expliquent les responsables de l’ASBL Les Petits Vieux.

À l’instar des êtres humains, les chiens comme les chats contractent en vieillissant toutes sortes de pathologies : maladies cardio-vasculaires, insuffisance rénale, etc. Il n’est pas rare que certains fassent un AVC et en gardent des séquelles irréversibles.

"Tant qu’ils ont une qualité de vie digne de ce nom, on leur prodigue tous les soins nécessaires. En revanche, nous sommes opposés à l’acharnement thérapeutique. Si un de nos pensionnaires est condamné, nous préférons que le vétérinaire abrège ses souffrances en l’euthanasiant."

Le refuge des Petits Vieux est accessible au public le vendredi et le samedi de 13 h à 18 h.

D’autres situations peuvent être à l’origine d’un abandon. Un divorce par exemple, des raisons professionnelles, une allergie ou encore l’incontinence de l’animal. "Au moment où quelqu’un nous cède son chien ou son chat, nous lui demandons de signer un contrat d’abandon ainsi qu’une contribution financière de 50 €. L’animal est ensuite totalement pris en charge par l’association jusqu’à la fin de ses jours pour autant qu’il soit sociable avec ses congénères. Dans le cas contraire, le refuge se réserve le droit de ne pas l’accueillir."

À l’instar d’Animaux en Péril, le refuge de la rue de la Grandeur fonctionne exclusivement grâce au système des dons et du parrainage auquel vient s’ajouter la cotisation annuelle versée par quelque 2.500 membres que celui-ci a réussi à fidéliser.

Infos sur www.lespetitsvieux.be