Tournai-Ath-Mouscron Jimmy K., qui a été inculpé du chef de participation à un groupe terroriste, a des attaches familiales à Comines.

Ce week-end, Jimmy K. a été interpellé chez sa grand-mère maternelle, à Wavre. Il est soupçonné d’avoir voulu commettre un attentat imminent, et a été inculpé et placé sous mandat d’arrêt pour participation à un groupe terroriste.

S’il semblait vivre la plupart du temps dans le Brabant wallon, il revenait de temps à autre chez son père, installé à Comines depuis de longues années. "On le voyait parfois pendant les vacances", précise un voisin.

Dans le quartier, le papa et ses enfants sont relativement bien intégrés. "Ils sont très discrets. On échange souvent un bonjour, mais le papa n’est pas du genre à engager la conversation."

L’arrestation de Jimmy K. en a ému certains qui se sont rendu compte qu’il s’agissait du fils d’un de leurs voisins. Mais d’autres n’avaient tout simplement pas fait le rapprochement, n’imaginant pas que le garçon avait pu mal tourner.

"Quand mon fils m’a appris la nouvelle, on est tombé du grenier à la cave", explique une voisine. Cette dernière savait que Jimmy K. s’était converti à l’islam il y a quelques années. Cependant, rien n’avait laissé paraître qu’il serait entraîné vers le radicalisme.

"Je le voyais parfois en djellaba devant chez lui, mais ça ne me choquait pas. Et son comportement n’avait pas spécialement changé."

Cette voisine a été d’autant plus choquée que son fils avait côtoyé Jimmy K. lorsqu’ils jouaient tous les deux au football dans le club de la Jespo Comines. "Ils venaient parfois jouer ensemble dans mon jardin."

En début de semaine, le parquet fédéral avait confirmé que des perquisitions avaient eu lieu au domicile du papa de Jimmy K.. Dans ce quartier cominois, cependant, l’attention des riverains n’avait pas été particulièrement attirée par une descente de la police.