Après son premier entraînement collectif sur les réseaux sociaux, en direct et en plein air, le préparateur physique rempilerait volontiers pour mener la vie dure au Covid-19.

Passée l'euphorie de la première expérience, Romain Poissonnier analyse les chiffres d'audience et tire les premières conclusions des 180 messages d'encouragement qu'il a reçus, en un peu plus de vingt-quatre heures. "C'était quand même un peu intimidant à l'origine, parce que je ne suis pas coutumier de ce genre de prestation. Mais, quand après une dizaine de minutes j'ai pris conscience que quatre-vingt-dix personnes s'étaient connectées en ligne, je me suis lâché et je n'ai plus vu le temps passer", résume le grand gaillard qui calcule toujours en français.

Romain était déjà étonné, avant même de s'échauffer dans le jardin, du retentissement de l'annonce de sa séance collective du samedi matin. "Je n'en revenais pas de constater qu'en deux jours, le tutoriel explicatif, que j'avais mis en ligne sur ma page Facebook professionnelle, avait généré près de 6 000 vues. Mais, une telle audience ne me garantissait pas pour autant la présence des internautes en tenue de sport, le samedi matin", reconnaît, sans forfanterie, le coach estaimpuisien.

Les chiffres et les témoignages plaident en sa faveur

Mais les réactions des participants, et les derniers chiffres de ce dimanche matin, ne démentent pas le succès de l'opération. "Avant toutes choses, aucun commentaire ne fait allusion à la qualité technique de la séance. Car à quelques minutes du direct, l'ordinateur a refusé de lancer la session. Il a fallu se replier, en urgence, sur le smartphone plus docile, mais nettement moins performant au niveau de la qualité sonore", reconnaît l'Estaimpuisien qui n'a jamais perdu pour autant son sang-froid.

© Veys

"Par contre de nombreux témoignages attestent que les internautes ont apprécié de se retrouver, grâce à moi, en plein air, sous un magnifique ciel bleu. Même si nombre d'entre-eux sont restés confinés à l'intérieur. Tous me disent qu'ils avaient besoin d'une grande bouffée d'oxygène. Et que cette séance a réduit considérablement leur degré d'anxiété, après trois jours de confinement", ajoute le prof de sport visiblement satisfait de la tournure qu'ont pris les événements.

"Et puis, il y a tous ces messages d'encouragement à renouveler l'opération. Venant de mes élèves dans la vraie vie, mais aussi de gens que je n'ai jamais rencontrés et qui étaient tous très heureux de partager une séance d'entraînement avec un coach qui s'adressait vraiment à eux, en direct. Ce contact humain fait cruellement défaut à nombre de personnes qui se connectent sur internet dans l'espoir de trouver une activité sportive encadrée", conclut Romain Poissonnier.

© Veys

Alors, en regardant une dernière fois les compteurs du web et les 1300 consultations de la séance podcastée, quelques minutes après le direct, le préparateur physique estaimpuisien aura du mal à en rester là. "D'autant que le reportage qui est passé au journal télévisé de samedi soir, sur les antennes de la RTBF, n'a fait qu'ajouter à la visibilité de l'opération. Après que la presse régionale ait fait écho de mon initiative dans les jours qui ont précédé", reconnaît l'ancien militaire qui se retrouve presque le dos au mur désormais.

Et ce n'est pas faire preuve d'indiscrétion d'avancer qu'avec l'appui de l'administration communale d'Estaimpuis, et de son bourgmestre marathonien, Romain Poissonnier risque de monter une nouvelle fois au front, samedi prochain. Affaire à suivre, en tout cas, sur sa page Facebook, en attendant le prochain tutoriel de mise ne condition.

Pour retrouver Romain Poissonnier: https://www.facebook.com/getnkeepfit/