Le ministère public a requis des peines de 10, 6 et 4 ans de prison ferme, mardi, devant la cour d'appel du Hainaut, contre trois Français condamnés en première instance dans le cadre d'un trafic de drogues dures entre la France et la Belgique.

En première instance à Tournai, les trois citoyens de Tourcoing (nord de la France) avaient été condamnés respectivement à 7 ans, 37 mois et quatre ans de prison. Pour le ministère public, ce n'est pas suffisant. "Tournai est une ville gangrénée par ce fléau qu'est la drogue depuis plusieurs années. La ville est envahie par des vendeurs de drogues qui profitent de la dépendance des toxicomanes locaux. Le tribunal les condamne à tours de bras, mais cela continue. Il est essentiel de mettre fin à ce type de comportement", a déclaré l'avocat général dans son réquisitoire.

Le 23 juillet 2021, c'est la bande "des yeux bleus" qui était démantelée à la suite d'une plainte déposée par un Tournaisien dont l'appartement était squatté par deux dealers du nord de la France, livrés deux à trois fois par jour en cocaïne et héroïne. Leur chiffre d'affaires était de 1.500 à 2.000 euros par jour.

Pour le tribunal correctionnel, I. K. (42 ans), condamné une quarantaine de fois en France et à 7 ans de prison ici en première instance, est le dirigeant de ce réseau. Le ministère public estime la même chose et réclame trois ans de plus, car "il avait autorité sur le groupe". La défense estime toutefois qu'il y a erreur sur la personne. Ce serait un autre homme, également surnommé "Medhi Kader" qui serait le véritable patron de cette association. Me Discepoli a plaidé l'acquittement d'I.K.

Me Brotcorne, avocat de la compagne d'I. K. et par ailleurs conseiller communal à Tournai, est bien conscient du mal qui ronge sa ville et de la nécessité de mettre fin à ce fléau. Il a cependant plaidé l'acquittement de sa cliente "qui ne savait pas ce qu'elle transportait, car elle était sous la coupe de son compagnon".

Le troisième individu a demandé un sursis probatoire.