Le départ a été retardé de 25 minutes alors que des vols ont été constatés

Ce doit être un record en la matière : samedi soir, le départ de la Carolorida a été donné avec 25 minutes de retard car la police a dû sécuriser d’urgence des ronds-points. Un fameux couac qui aura fait dire à certains joggeurs, passablement énervés, "qu’il n’y a qu’à Charleroi que ça se passe comme ça" ! De plus, plusieurs d’entre eux (dont Eric Hardy, 1er V2) ont eu la désagréable surprise de voir leur voiture vandalisée et des effets personnels volés. Ils auront terminé leur soirée au commissariat…

Ceci dit , il faut souligner les efforts des organisateurs qui auront su redonner un caractère festif à leur course avec ce départ en nocturne depuis le Village de Noël, ce retour dans le centre-ville et la soirée à thème sur les années 90. Le concept global a plu. La participation était d’ailleurs légèrement en hausse : 517 coureurs. Rien de comparable à ce que l’on pouvait retrouver à Namur (plus de 2.500 partants) mais Rome n’a pas été bâtie en un jour…

Si la course se voulait plus festive que sportive, elle était néanmoins chronométrée et c’est un enfant de la région, Ismael Debjani, qui s’y est imposé sur la longue distance (10 km). Il y a mis la manière puisqu’il a franchi la ligne d’arrivée avec quatre minutes d’avance (rien que ça !) sur Thomas Monfils et Brahim Oubouskour.

"C’était une bonne séance de tempo", raconte-t-il. "Je n’ai jamais levé le pied malgré l’avance que j’avais car j’avais prévu de faire un deuxième tour plus rapide que le premier."

Le Jumétois s’est donc offert une balade nocturne dans Charleroi entre deux manches de la CrossCup. "L’objectif est de figurer à nouveau sur le podium. Cette Carolorida m’offrait l’occasion de rester dans le rythme des compétitions."

Sur le 5 km, Théo Kraakman a remporté sa toute première victoire dans un jogging.

Geoffroy Bruyr