Un nouveau drame s’est produit ce mardi soir à Ramegnies-Chin où Cheyenne, une étudiante en 6e secondaire de l’Institut Saint-Luc, est décédée après avoir été percutée par une moto alors qu’elle traversait sur le passage pour piéton situé en face de son école. Depuis lors, les autorités communales et les riverains tentent de trouver des solutions pour sécuriser le tronçon mortel.

De nombreuses idées ont déjà été proposées sur le blog : Blog-Mouscron-Estaimpuis. Alors que l’auteur du post propose de mettre en place des passages pour piétons en 3D, les citoyens ont également essayé de trouver la solution miracle. "Je pense qu’aménager un véritable dos d’âne serait à envisager. Ils seraient efficaces selon moi", indique un habitant. "Cela fait 30 ans que l’on réclame une passerelle", s’exclame une autre citoyenne. Une idée partagée par d’autres.

Alors qu’aucune solution précise n’a été préconisée pour le moment, Paul-Olivier Delannois, bourgmestre de Tournai, a précisé "qu’il demandera une énième analyse de ce secteur auprès du SPW dont dépend cette route ayant déjà été sécurisée de façon poussée comme chacun peut aisément le constater sur place (éclairage en suffisance, îlots entourant le passage piéton, une seule bande pour chaque sens de circulation…)". Il précise également que "tous les aménagements possibles n’empêcheront jamais des drames si les comportements ne sont pas adaptés".

Ce tragique drame entraînera probablement des réactions de la SPW. En attendant, des hommages ont été rendus à Cheyenne, notamment par les élèves de l’Institut Saint-Luc dans lequel elle étudiait.