A l'issue d'une longue enquête relative à des cultures de cannabis, dix perquisitions ont été menées lundi dans diverses provinces de Wallonie. Sept personnes, d'origine albanaise, ont été placées sous mandat d'arrêt. L'enquête avait débuté à Mont-de-l'Enclus, en Wallonie picarde, indique le parquet de Tournai-Mons. Durant l'été 2020, la division "Criminalité organisée et terrorisme" des services de la PJF de Mons-Tournai a débuté ses investigations à l'encontre d'un groupe d'auteurs d'origine albanaise, un groupe actif dans la mise en œuvre de cultures de cannabis. 

C'est à la suite d'une première enquête lancée par la zone de police du Val d'Escaut concernant une plantation située à Amougies (Mont-de-l'Enclus) que ces investigations ont été menées. Ces investigations ont permis de déterminer que les organisateurs de ce trafic étaient essentiellement basés en région liégeoise mais étaient actifs dans différentes provinces du pays dont le Hainaut, Liège, Luxembourg, Namur, Limbourg et Bruxelles. Ce lundi 27, la PJF Mons-Tournai, avec l'appui des PJF de Liège, Namur, Limbourg et Eupen ainsi que de la zone de police du Val de l'Escaut, a mené dix perquisitions. Près de 100 policiers ont été engagés.

L'opération a permis de démanteler quatre plantations, dont l'une à Amougies, couvrant une capacité totale de plus de 3.100 plants dont 850 à Amougies. Sept personnes d'origine albanaise ont été interpellées et privées de liberté. L'une d'elle a été appréhendée à Amougies. Cette opération a permis la saisie de 11 kg de cannabis, près de 120.000 euros et deux véhicules. L'enquête se poursuit sous l'autorité de la juge d'instruction Véronique Laloux.