Les Ouïghours sont une communauté principalement musulmane qui vit en Chine. Selon plusieurs rapports d'ONG, 1 à 2 millions de Ouïghours sont enfermés dans des camps dans lesquels les conditions de vie sont inhumaines. D'après de nombreux témoignages de rescapés, les Ouïghours subissent de la torture, doivent travailler de force, abandonner leur ancienne culture pour en apprendre une nouvelle et les enfants sont même séparés de leurs parents afin d'être élevés dans la culture chinoise.

Après avoir pris connaissance de ces conditions de vie, quatre jeunes étudiants de l'école Val-ITMA de Tournai, Lucie, Ophélie Julien et Raphaël ont donc décidé de faire bouger les choses à leur échelle. Malgré leur jeune âge, ils comptent bien faire entendre leur voix auprès des Tournaisiens.

"Début février, nous avons créé le groupe Tournai ForUyghurs en soutien à cette communauté. Nous essayons donc de faire passer un message et de sensibiliser les citoyens à ce qu'il se passe là-bas. A la tête de ce groupe, nous sommes quatre jeunes étudiants âgés entre seize et dix-sept ans. Bien entendu, beaucoup d'autres personnes nous soutiennent et font partie du groupe", déclare Raphaël membre de Tournai ForUyghurs.

Pour sensibiliser les citoyens et notamment les Tournaisiens, plusieurs actions ont été menées et sont programmées pour les mois à venir.

"Nous avons lancé une pétition accessible à tous sur Internet. Nous avons également rencontré Samuel Cogolati au Parlement fédéral avec qui nous avons parlé de la situation. Fin avril, nous comptons lancer une exposition à Val-ITMA. Nous allons donc nous rendre dans les classes de deuxième année pour les sensibiliser à cette cause. Les élèves pourront s'exprimer par rapport à la situation des Ouïghours à travers des dessins. Ces derniers seront ensuite exposés lors de la porte ouverte de l'école. Les membres du groupe sont occupés de contacter les maisons de jeunes et différentes associations pour avoir leur soutien".

Sensibiliser la ville de Tournai


Récemment, les membres du groupe Tournai ForUyghurs ont rencontré Coralie Ladavid, première échevine et Paul-Olivier Delannois qui ont écouté attentivement les déclarations des jeunes étudiants. Ces derniers souhaitent en effet, que la ville de Tournai reconnaisse le génocide des Ouïghours comme l'a fait la ville de Charleroi. Pour les jeunes étudiants, il est important que Tournai soit sensibilisée à ce sujet et que les citoyens prennent conscience que des événements atroces se passent dans d'autres pays.

"Je suis sensible à vos arguments mais pour arriver à une prise de conscience des autorités chinoises, je préférais user de la diplomatie plutôt que d'exposer publiquement le sujet qui pourrait avoir des répercussions sur la communauté chinoise à Tournai qui ne crée aucun problème", conclut le bourgmestre de Tournai.