Tournai-Ath-Mouscron

Suite à l’annonce de la société Electrabel de créer un mini-parc éolien au carrefour des entités de Silly et d’Ath, les riverains de la zone convoitée n’ont pas tardé à réagir négativement.

Après avoir fait capoter via plusieurs recours gagnants auprès du Conseil d’État les divers projets éoliens initiés depuis 2007 par l’intercommuna- le Ideta dans ce périmètre géographique offrant un fort potentiel venteux, les opposants regroupés au sein du comité Bien Vivre à Silly (BiViSi) n’entendent pas relâcher la pression.

"Electrabel s’obstine à vouloir obtenir le permis alors que les tentatives du précédent opérateur ont toutes échoué", commente Yves Delporte, porte-parole des riverains qui étaient conviés hier soir par le fournisseur d’électricité à une réunion d’informations comme le veut la procédure. "Alors que l’enquête publique wallonne sur le cadre de référence éolien est en cours, Electrabel propose l’implantation de quatre éoliennes dans une zone de contraintes totales d’un point de vue technique, juridique et environnementale."

Les anti-éoliens de BiViSi dénoncent les manoeuvres conjointes d’Ideta et d’Electrabel pour justifier la poursuite de leur combat. "Ces sociétés se sont entendues pour introduire séparément deux demandes de permis en vue de la création de parcs éoliens distincts qui, placés côte à côte, reforment le projet Elsa initial", soupçonne Yves Delporte.

Pour rappel , ldeta attend les autorisations nécessaires pour mettre en service deux éoliennes sur son zoning de Ghislenghien tandis que la demande d’Electrabel porte sur l’implantation de quatre éoliennes le long de l’autouroute A 8/E 429 Tournai-Bruxelles. "Le nouveau projet imaginé par Electrabel est socialement inacceptable car situé en dehors des zones vertes de la carte de référence. Si ce parc voit le jour, il sera peu productif compte-tenu de la réduction de taille des éoliennes mais restera très impactant pour les riverains au niveau paysager et sonore", concluent les protestataires.